Asura

De Wiki Pathfinder Lacrypte
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Erreur lors de la création de la miniature : Fichier manquant
Asura

"Rengaine ton épée, mortel. Tu prétends que je suis un monstre qui a souillé le temple de ton dieu. Tu es ignorant de penser que ton dieu a été si pur, car je suis sa création. Je ne suis pas un de ces anges d'albâtre qui se moquent de chacune de ses paroles. Au contraire, je suis quelque chose qu'il a construit à son image, pour ensuite être brisé et jeté en enfer lorsqu'il a échoué. "Maintenant, toi, paladin, tu me tuerais parce que ton dieu l'a exigé ? Si vous le faites, vous détruisez les preuves de l'erreur de votre dieu et perpétuez une nouvelle injustice. Si vous refusez, vous violez les serments que votre patron a exigés, vous condamnant à jamais. Il vous a poussé à l'échec, comme il l'a fait pour moi. "Maintenant, baissez votre arme, et parlons de vengeance."

-De la corruption du saint Silhu d'Anshurikasti

Les dieux sont faillibles. Il n'y a pas plus de preuve à apporter que l'existence des asuras, chaque variété étant née d'un incident différent au cours duquel une divinité a abusé de son autorité, a exercé une petite vengeance ou s'est simplement montrée irresponsable avec son pouvoir. Créés par des accidents divins, les asuras ont pour vocation de détruire tout ce qui est cher aux dieux. Bien que la plupart des asuras méditent sur la nature du cosmos et sur la meilleure façon de le démêler du confort relatif de l'enfer, d'autres voyagent à travers le Grand Au-delà pour saboter les objectifs divins, briser les esprits des adorateurs des mortels et se délecter dans des temples vides qui résonnent de leur dédain blasphématoire.

Les Asuras sont immortels, se réincarnant dans un cycle sans fin chaque fois qu'ils sont tués par un rival vengeur ou un héros ignorant. La bravade de ces saints champions qui traquent et tuent un asura est inutile, car tant que les dieux et leurs créations survivront, leurs plus grandes erreurs aussi. [1]

GENESE

À l'époque de la création, les dieux ont fait des expériences sur le cosmos, façonnant, observant et détruisant d'innombrables mondes. Pour les divinités, ces tests n'ont pas eu de conséquences durables ; cependant, dans les restes brisés de chaque planète abandonnée et l'enveloppe desséchée de chaque organisme abandonné, il y avait un ressentiment haineux. Là où cette haine devenait suffisamment forte, elle se transformait en une forme vivante : un asura. Au début, ces monstres se cachèrent dans le Maelstrom, détestant leurs créateurs accidentels et craignant leur colère. Beaucoup ont fini par trouver leur chemin vers l'enfer, où ils se sont installés avant même qu'Asmodée ne le réclame.

Parmi les asuras, il n'y a pas de consensus sur ce qu'était la première erreur, mais cet événement légendaire revêt pour eux une signification révérencielle. Chacune des puissantes asuras ranas prétend être la forme réincarnée de ce premier asura. Les théories abondent sur cette erreur initiale ; les hypothèses les plus courantes font état de la création (et de l'abandon) du Premier Monde, du moment où Ihys a accordé le libre arbitre aux âmes mortelles, de la première fois qu'un dieu a créé la vie, ou même du moment où une divinité l'a éteinte pour la première fois. Bien que les asuras s'affrontent parfois sur les détails de leur origine, ils conviennent généralement que leur existence était inévitable et même une réponse cosmique naturelle à la création elle-même.

Chaque type d'asuras tire sa genèse d'un faux pas divin accompli par malveillance ou négligence. Certains asuras étaient des animaux de compagnie favoris ou des serviteurs mis de côté par leurs créateurs parce qu'ils ne répondaient pas à des normes impossibles à respecter. D'autres sont les échos haineux laissés par une punition qui dépassait son crime. D'autres encore se sont formées lorsque les actions d'un dieu mettaient imprudemment en danger des spectateurs innocents, attirant une ou plusieurs âmes mortelles pour encapsuler l'erreur comme une perle scelle un morceau de gravier. Chaque étincelle malveillante forme le cœur battant d'une nouvelle forme d'asura.

Cela dit, chaque péché divin ne crée qu'un seul asura ou, tout au plus, une petite cohorte, alors qu'il y a des millions de ces monstres en enfer. La majorité des asuras sont créés à partir de modèles archétypaux utilisant la même matière première qui constitue la plupart des étrangers : les âmes. Cependant, la prédominance des démons en enfer signifie que les asuras ne capturent qu'une infime partie des âmes maléfiques légitimes, principalement celles des adeptes des asuras et des individus qui blasphèment et sapent activement les dieux. Lorsqu'ils arrivent dans le royaume des asuras, ces damnés pétitionnaires se nourrissent des dogmes de rejet de leurs supérieurs et endurent les cataclysmes recréés qui ont formé les asuras d'origine. Lorsqu'un demandeur souffre et apprend, il gravite vers le crime qui l'offense le plus, se prêtant finalement à la création d'une autre asura modelée sur cette erreur divine particulière.

Même le cycle naturel des âmes ne génère qu'une fraction de tous les asuras. Comme si, au mépris des archidiables qui règnent sur l'Enfer, les puissants asurendras (Pathfinder RPG Bestiary 3 24) volent certaines des âmes maléfiques légitimes qu'ils considèrent comme les leurs, en arrachant des morceaux de cet avion et en les brisant pour en faire la quintessence brute nécessaire à la création d'une foule de nouveaux tripurasuras humbles (Bestiary 3 26). Ces petites asuras se lient rapidement à des maîtres plus puissants pour apprendre, grandir et servir, mais à moins qu'elles n'atteignent un état plus éclairé et ne prennent une plus grande forme, l'enfer réabsorbe généralement ces tripurasuras avant qu'elles ne puissent se réincarner. Presque tous les autres asuras font partie d'un cycle sans fin de réincarnation, et reviennent à la vie en quelques années avec la plupart de leurs souvenirs intacts. Ceux qui ont découvert des vérités profondément destructrices sur le multivers reviennent parfois sous des formes plus puissantes, mais la plupart ont la chance de renaître dans des fac-similés de leurs corps précédents ; beaucoup plus nombreux sont ceux qui reviennent en tant que monstres moins capables.

Les asurendras qui atteignent une illumination suffisante peuvent convertir les mortels directement en nouveaux asuras en consommant leur chair, en dépouillant leur âme et en remodelant les parties constitutives en nouvelles créatures. D'une certaine manière, cette volonté de détruire la vie pour créer plus de serviteurs est la plus grande hypocrisie, car elle reflète la propre genèse insouciante des asuras. Cependant, peu d'asurendras sont prêts à répondre à de telles accusations par autre chose que la violence. [1]

ECOLOGIE

En tant qu'étrangers fonctionnellement immortels, les asuras n'ont pas besoin de consommer quoi que ce soit pour rester en vie. Ils ont donc peu d'effet sur leur environnement, sauf lorsqu'ils s'expriment dans un esprit de violence cathartique. Cette fureur est cependant rare, car les asuras sont rarement affligés d'ennui ou d'irritation ; ils réfléchissent aux mêmes concepts, idées et images pendant des siècles sans se plaindre, en décortiquant les nuances et en transformant les pensées répétitives en mantras contemplatifs.


Les asuras considèrent que leur création est une erreur divine, car les créateurs des premiers asuras ont tenté de les exterminer. La façon exacte dont ces premiers asuras ont survécu à la colère de leurs propres créateurs est perdue pour le temps, mais les asuras privilégient deux explications. Premièrement, ils sont fiers de leur volonté d'attendre, d'observer et de préparer leur vengeance, et ces premiers asuras ont donc pu simplement échapper à l'attention par leur patience, leur ruse et leur discrétion. Deuxièmement, beaucoup d'asuras croient que les dieux sont si arrogants et incompétents qu'ils sont incapables de percevoir leurs propres erreurs, et donc les asuras sont invisibles pour les divinités et leurs créations.

Comme d'autres étrangers, les asuras sont formés de la quintessence. Cependant, chacune d'elles contient également une étincelle unique et haineuse qui persiste au mépris de l'univers. Alors que les corps et les âmes de la plupart des étrangers sont indissociables et inséparables, ce qui rend pratiquement impossible de redonner vie à un étranger une fois qu'il est mort, l'essence d'une asura survit à la mort même lorsque son corps périt. La même aura insaisissable qui protège un asura dans la vie séquestre également cette étincelle, qui descend aux Enfers ou gravite vers l'asura rana le plus proche ; ce processus peut prendre des semaines, des années, voire des siècles. Ayant perdu sa forme corporelle, l'asura perd également son essence, et il ne reste pas assez de quintessence pour que l'asura soit entièrement restauré. Au lieu de cela, un rana ne peut modeler le monstre estropié que sous une forme moindre. Cependant, comme le rana communie avec l'asura mort pour le refaire, le rana peut percevoir les accomplissements et les désirs de l'asura. Un asura particulièrement accompli ou qui jure de servir le rana pour une autre vie peut renaître sous une forme dont la puissance est égale à celle de sa vie antérieure ou même acquérir une nouvelle forme plus avancée, bien que cela ait un coût pour le rana, qui doit fournir la quintessence nécessaire à partir de ses propres réserves.

Même ce processus est trop proche d'une relation divine pour certains asuras, qui refusent d'être refaits par un rana. Pourtant, même ceux-ci finissent par se réincarner d'eux-mêmes après des périodes beaucoup plus longues. Il n'existe aucun moyen fiable de détruire définitivement un asura, et son étincelle animatrice lui confère un cycle sans fin de trahison, de destruction et de renaissance. Ceux qui voudraient défier les asuras sont probablement mieux servis en les liant indéfiniment avec un engagement, un emprisonnement, ou même un souhait soigneusement formulé. En fin de compte, la seule façon certaine d'éliminer une asura est de provoquer la destruction absolue du cosmos, en annihilant par la même occasion les crimes qui ont engendré ces monstres. Le fait que les asuras aspirent à une issue qui mettrait fin à leur existence est une ironie qui ne leur échappe pas.

Comme beaucoup d'étrangers, les asuras sont capables de se croiser avec des mortels pour créer des demi-fils. Cependant, ils s'engagent rarement dans ce processus de leur plein gré ; pour eux, la reproduction est une expérience bâclée qui s'apparente de façon détestable à la création imprudente de la vie par les dieux eux-mêmes. Les asuras font parfois des exceptions lorsque l'autre parent serait un prêtre déchu, ou si la progéniture ferait irrévocablement honte à sa famille mortelle, et la progéniture qui en résulte peut semer des liens appelés "fautes" pour les générations à venir. Dans l'ensemble, cependant, les asuras trouvent les mortels à sang étranger odieux, les percevant comme de nouvelles erreurs infligées par les dieux et leurs agents. Par conséquent, les asuras chassent et tuent régulièrement des demi-célèbres et des demi-combattants par principe. [1]

SOCIÉTÉ

Erreur lors de la création de la miniature : Fichier manquant
Asura

Par rapport aux prédateurs des démons, à la guerre des démons et à la corruption proactive des démons, les asuras sont généralement calmes, introspectifs et solitaires. La plupart trouvent leur accomplissement dans la simple méditation et dans les restes des temples en ruines, et ils ont rarement des raisons de s'agiter avant d'avoir besoin d'une nouvelle inspiration ou d'avoir discerné une vérité cosmique destructrice à utiliser contre une nouvelle cible. Par conséquent, les asuras se réunissent rarement, sauf s'ils souhaitent partager leurs connaissances ou combiner leurs forces pour attaquer un bastion spécifique, comme une maison de culte. Cela est particulièrement vrai sur le Plan matériel, où les asuras sont peu nombreux et bénéficient du secret, et en enfer, où ils sont dépassés en nombre par des légions de démons. Malgré cette prédilection pour la vie privée, les asuras sont liés les uns aux autres par une indignation commune. En se concentrant sur les crimes qui l'ont fait naître, une asura typique peut attirer d'autres asuras de son genre à son emplacement actuel. C'est par cette empathie haineuse que les asuras s'interpellent les uns les autres, bien que ce processus soit généralement imprévisible.

Les asuras façonnent leur haine du divin à travers les leçons qu'ils se transmettent mutuellement et leurs expériences communes d'abus, et ils prennent un plaisir cathartique à se raconter les injustices perçues qu'ils ont trouvées dans le cosmos. Si les récits de première main sont particulièrement appréciés, même les histoires de seconde main trouvent une oreille attentive et renforcent les préceptes haineux des asuras. Les mortels peuvent parfois apaiser une asura au repos en racontant la folie d'un dieu et la façon dont cette divinité a été humiliée en retour. Mais le plus précieux, ce sont les légendaires récits d'origine des asuras ranas, chacun né d'un cataclysme sans précédent ou élevé à la suite d'un acte de vengeance spectaculaire. Les ranas servent d'enseignants à la fois pour les asuras et pour leurs adeptes, accordant même parfois des sorts à ceux qui suivent la philosophie personnelle d'un rana. Cependant, les actes de culte ou de prière sont un anathème pour les asuras, et ces puissants étrangers annulent régulièrement les cadeaux de quiconque les considère comme des dieux.

Comme les asuras sont rarement en compétition pour les ressources ou l'influence, les autres monstres les considèrent avec curiosité ou indifférence, plutôt qu'avec hostilité - du moins, lorsque la cruauté diabolique ne l'emporte pas sur les autres réactions. Les démons et les asuras apprécient le dogme destructeur de l'autre, car tous deux sont en fin de compte intéressés par la destruction de la création. De même, lorsque leurs victimes préférées se chevauchent, les asuras et les sahkils collaborent parfois pour terroriser les congrégations religieuses, en convainquant toutes les personnes impliquées que les dieux ont abandonné la communauté. La philosophie des sahkils est particulièrement attrayante pour les asuras, car eux aussi ont été témoins de l'ordre imposé par les dieux et l'ont brutalement rejeté. Les abus subis par les divs aux mains des maîtres mortels les rendent tout aussi avides de spolier les temples, bien que la façon dont les divs idolâtrent Ahriman finisse par aggraver et aliéner les asuras.

Les asuras maintiennent une paix fragile avec les démons. Bien que les asuras aient autrefois défié Asmodée dans sa conquête de l'Enfer, ils ont finalement échoué grâce à leur trahison par Géryon, l'un des plus grands ranas. Les archidiables considèrent maintenant les asuras comme des vassaux soumis et inoffensifs, même si les asuras bouillonnent tranquillement. Les Rakshasas, les oni et les démons partagent tous des intérêts hérétiques ou anti-divins, mais les asuras considèrent ces autres monstres comme des créatures avides et avides de pouvoir, trop désireuses de devenir elles-mêmes des dieux.

Curieusement, les asuras ressentent la plus forte parenté avec les démons, qu'ils considèrent comme des compagnons d'erreurs divines - des frères et sœurs plus jeunes qu'ils pourraient éduquer. Les asuras et les démodands forment parfois des alliances, bien que celles-ci s'effondrent souvent lorsque les asuras tentent de démêler le culte malavisé que les démodands offrent à leurs créateurs de titans. Dans de rares cas, un asura réussit, fondant de petites colonies de démodands violemment athées qui rejettent et même luttent contre les desseins des titans. [1]

LAIRS

N'ayant besoin ni de sommeil ni de nourriture, les asuras se concentrent uniquement sur l'esthétique, la solitude et l'histoire ruineuse de leurs habitations, préférant les temples dépouillés aux autres options. Qu'un temple soit récemment abandonné ou oublié depuis longtemps n'a aucune importance ; les asuras sont aussi heureux d'habiter des ruines anciennes que de s'installer dans des lieux saints encore imprégnés du sang des prêtres tués. Les asuras activement engagés dans la subversion des congrégations de mortels vivent souvent sous ou à vue de leurs institutions cibles, espionnant les sites avec une dévotion zélée tout en planifiant la meilleure façon de saper la foi des adorateurs. Lorsqu'un asura s'empare d'un temple, il défigure lentement et systématiquement le bâtiment, endommageant les œuvres d'art et effondrant des murs entiers. En conséquence, la maison d'un asura peut devenir un labyrinthe de décombres, d'équipements rituels cassés et de statues profanées.

Bien que des milliers d'asuras hantent le Plan matériel, les plus grandes concentrations se trouvent en enfer, où elles favorisent trois régions différentes : La Stygie, l'Atalou et les régions sauvages. La Stygie, le cinquième niveau de l'Enfer, est un marécage sombre et en pleine expansion. L'archidiable Géryon, que les asuras appellent désormais le Traître, était autrefois un asura rana avant que sa trahison n'affaiblisse les asuras, les kytons et les gigas de l'Enfer, permettant à Asmodée de revendiquer l'avion comme le sien. En retour, Géryon règne désormais sur la Stygie, revendiquant l'autorité sur les asuras qui y demeurent. Ce royaume est parsemé d'innombrables lieux saints de dieux déchus, dont beaucoup sont revendiqués par des asuras qui se délectent de la tragique misère tout en fulminant à Géryon pour avoir capitulé et accepté de servir un dieu.

Une population tout aussi dense habite Atalu, un groupe de royaumes impie d'asura ranas individuels qui se trouve à cheval sur la frontière entre Avernus et Dis. Souvent dénigrés par les démons comme les "Failles superficielles", Atalu offre aux asura ranas qui y règnent de nombreuses possibilités de manigancer et de prêcher leurs blasphèmes respectifs. Plutôt que des temples en ruines, chaque royaume présente une géographie sévère et des bâtiments qui représentent le mieux la haine de ce rana, des falaises de Stalchosos d'Ioramvol aux échos rongés des Salles de la faim d'Hydim ou au labyrinthe miasmique de Zahalishar, le royaume de Chupurvagasti. Pour les asuras qui recherchent un plus grand isolement, les couches infernales d'Avernus, de Cocytus et de Malebolge comprennent toutes de vastes étendues de nature sauvage hostile où il est facile de se perdre parmi les montagnes gelées et les friches de fer. [1]

ASURAS SUR GOLARION

Bien que plus célèbres à Vudra, les asuras apparaissent de l'autre côté du Golarion. Voici quelques-uns de leurs repaires préférés.

Galt : Bien que de nombreuses religions bien alignées survivent à Galt, des décennies de révolution et de haine ont laissé les fidèles s'interroger sur la volonté des dieux. Les Asuras ont progressivement infiltré certains de ces temples en sous-effectif, chuchotant des vérités inquiétantes pour encourager des actes de blasphème et de vandalisme encore plus importants. Un upasunda (Bestiaire 3 27) nommé Irmhidalu traque la région autour d'Isarn, tuant les Jardiniers gris de manière à encadrer le clergé survivant et se délectant de chaque âme sainte nourrie aux dernières lames.

Jalmeray : De ses cultures indigènes aux grands projets de construction de Khiben-Sald que les Arclords ont ensuite scellés ou modifiés, Jalmeray cache une multitude de petits sanctuaires et de temples massifs qui attirent les asuras, ce qui en fait l'un des bastions les plus densément peuplés de ces monstres. La jungle de Segang contient la plus grande concentration de repaires d'asuras, tandis qu'une cabale d'asuras hante Kaina Katakka, où ils méditent sur - et espèrent débloquer - le pouvoir destructeur qui a dévasté l'île.

L'étendue de Mwangi : Des dizaines de cultures se sont élevées et sont tombées dans l'étendue Mwangi, laissant derrière elles de nombreux temples à des dieux désormais oubliés. Ces temples abandonnés sont très convoités par les asuras. Les religions de plus en plus brutales de la ville cyclope de Ghol-Gan se sont avérées particulièrement satisfaisantes pour eux, notamment pour Parveen, un asura qui a bu dans cette misère et s'est transformé en asurendra après un millénaire de méditation. Bien que Parveen ait été enfermée par les Guerriers Magiques de Jatembe, les salles de la cité-temple de Kaddodi s'affaiblissent chaque année.

Rahadoum : Grâce aux lois de l'homme qui interdisent la religion, les lieux de culte de Rahadoum ont survécu et sont des coquilles balayées par le vent où s'affrontent girtablilus (Bestiaire 3 130) et asuras pour le contrôle. Depuis des générations, un aghasura (Bestiaire 3 23) nommé Shuvahavorath vit sous Manaket, conduisant les sorciers en formation vers de nouveaux sommets d'intolérance religieuse et perpétuant encore l'état laïque de Rahadoum.

Tian Xia : L'essor de Lung Wa et de son culte de l'empereur éternel a conduit des millions de personnes à se détourner de leurs dieux en faveur de la religion d'État. Des milliers de sanctuaires et de monastères ont été abandonnés et ont fini par se décomposer au cours du long règne de l'empire. Depuis la chute de l'empire, les prêtres guerriers ont progressivement récupéré nombre de ces sites, chassant les squatters d'asura. Cependant, les asuras restent solidement ancrés dans plusieurs ruines sacrées, en particulier dans les régions déchirées par les conflits comme Kaoling, Shenmen et Shokuro. Grâce à leur origine légendaire en tant que pont terrestre brisé par le dieu Hei Feng dans un accès de rage, les îles de Minata attirent également de nombreux asuras.

Vudra : Les asuras sont particulièrement fréquents à Vudra, où la création progressive et le rejet des dieux locaux constituent une source constante de ruines religieuses. Les prêtres de Vudra connaissent bien les asuras et leurs habitudes, et le Seekers Usanji, une organisation multiconfessionnelle qui se consacre à la détection et à l'envoi d'asuras, entretient un réseau d'agents malins. Ces chasseurs sont cependant très dispersés et doivent compter sur des aides engagées, comme des aventuriers, pour vaincre leur carrière glissante. Malgré cela, l'asura rana Bohga habite ouvertement la ville dévastée de Jaradisam, où elle médite sur un trésor inestimable et attire des sociétés monstrueuses qui habitent les ruines voisines. [1]

VARIÉTÉS D'ASURA

Vous trouverez ci-dessous les types d'asuras les plus connus, bien qu'il existe des légions innombrables qui représentent les innombrables erreurs des dieux au cours des âges.

Adhukait : Les adhukait à deux corps (Bestiaire 3 22) sont des assassins agiles créés à l'origine lorsqu'une divinité a capturé deux voleurs, a écrasé leurs corps ensemble et a jeté les formes paralysées sur la terre, s'écrasant ensemble dans une explosion dévastatrice qui a provoqué des tremblements de terre et des tsunamis dévastateurs. La forme à deux corps des adhukaits témoigne de leur genèse violente, et ils préfèrent se cacher près des lieux de dévastation, comme le cratère creusé par l'explosion duquel ils ont d'abord rampé. Les conjurés constatent souvent que les adhukaits sont impatients de servir, bien que les monstres évaluent soigneusement les défenses de leurs conjurés afin de commettre une trahison sanglante lorsque leurs conditions de service sont terminées.

Aghasura : Souvent attirés par le service des asura ranas Chugarra ou Chupurvagasti, les aghasuras massifs sont des monstres serpentins créés lorsqu'une divinité a accordé de la sapience mais pas de la morale à ses animaux de compagnie. Ces asuras connaissent de longues périodes de torpeur rêveuse qui les rendent pleinement conscients de leur environnement, ce qui en fait d'excellents gardiens. Les aghasuras se délectent à observer la décomposition progressive, qu'il s'agisse de la vie d'une créature succombant à un poison ou de l'expression faciale d'un mortel dont la foi s'effondre. Même ceux qui échappent à leurs griffes sont généralement atteints d'une de ces formes de décomposition.

Asurendra : Au cœur de la trahison et de la destruction se trouve une puissante sagesse, et plus un asura comprend comment il peut démêler les dieux et la création, plus il devient puissant. Parmi les plus grands des asuras, on trouve les asurendras, les "sages" qui ont maîtrisé une ou plusieurs vérités dévastatrices qui leur permettent de briser, d'échapper ou de déformer la réalité en défiant les lois arbitraires de l'existence des dieux. Un asurendra agit rarement comme un général, mais plutôt comme un mentor et un conseiller pour les autres asuras qui font avancer le programme des asurendras sur des continents entiers.

Hishandura : Certaines divinités maintiennent un vernis innocent (ou peut-être même délibérément ignorant) en envoyant des abominations impie pour faire leur sale boulot. Lorsqu'un dieu oublié depuis longtemps rejette la responsabilité d'une catastrophe sur un de ces agents, la victime exécute le châtiment du dieu mais se transforme ensuite en asura. Les hishanduras qui en résultent (voir page 82) sont des jongleurs dévastateurs qui peuvent raser des villes, en particulier celles qui possèdent des églises ou d'autres lieux saints remarquables. Ceux qui survivent à ces attaques se blâment souvent eux-mêmes et leurs dieux, et non les asuras, pour la destruction.

Japalisura : Nés de demi-dieux condamnés et prophétisés pour tuer leur mère divine, les japalisuras (voir page 84) prennent plaisir à démêler les divinations, à entraîner les opprimés à la vengeance et à semer des présages qui incitent à la violence. Leurs capacités amènent de nombreux japalisuras à se faire passer pour des oracles monstrueux, s'alliant même parfois à des sorcières ou à des cultes malheureux pour infliger le malheur sur une vaste zone.

Nikaramsa : Les erreurs divines peuvent tuer non seulement les fidèles mais aussi leurs critiques. Un de ces cultes hérétiques s'est transformé en premier nikaramsa (Pathfinder RPG Book of the Damned 242) lorsque la colère de sa divinité protectrice a détruit à la fois une ville sainte et le culte lui-même. Les nikaramsa se nourrissent de l'autosatisfaction et de la crédulité divine des prêtres, pervertissant leur foi et subvertissant leurs pouvoirs divins. Cependant, parmi les asuras qui cherchent la rédemption, les nikaramsas sont parmi les plus courants, peut-être en raison de leur capacité à voir les nombreux aspects de toute situation et à exploiter l'hypocrisie de tout dogme - même celui des asuras eux-mêmes.

Tripurasura : Plutôt que de naître d'une seule erreur divine, comme la plupart des autres asuras, les tripurasuras sont une parodie de vie créée par des asuras plus puissants. Contrairement aux autres asuras, la réincarnation d'une tripurasura dépend de ses actes et de ses découvertes. Ceux qui recrutent des lanceurs de sorts mortels pour la cause, corrompent les temples et découvrent de terribles secrets s'assurent une place permanente en tant qu'asuras plus puissants. Ceux qui échouent sont réduits à la quintessence brute à partir de laquelle de nouveaux tripurasuras sont créés. Ces créatures sont ambitieuses mais pas désespérées, car elles comprennent que la vie éternelle est à la fois une bénédiction et une malédiction. Les tripurasuras individuelles se spécialisent dans l'usurpation de l'identité d'individus d'une race particulière de Petite taille, favorisant ceux dont l'innocuité ou l'exotisme apparent contribue à détourner les soupçons quant à la véritable identité des asuras.

Upasunda : Plus une manifestation de la négligence divine que de la folie déifiée, les soi-disant béatifiques sont l'abandon, l'envie et la persistance des mortels poussés à l'extrême. Pendant des jours, ces monstres affûtent leur corps pour le combat. Le combat représente une lutte destructrice, et que cette lutte se termine par la mort du upasunda ou de ses ennemis, l'asura en apprend davantage sur la façon de démêler le multivers. Certains upasundas se consacrent à tuer tous les adeptes d'une religion particulière, allant même jusqu'à retourner dans le même temple après chaque réincarnation pour détruire la dernière génération de prêtres et de paladins. [1]

Références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 et 1,6 Return of the Runelords - 04 - Temple of the Peacock Spirit