Baphomet

De Wiki La Crypte Oubliée - Pathfinder
Aller à : navigation, rechercher
Pathfinder-la colere des justes 5-001.jpg

Baphomet

'Baphomet, Seigneur démon des bêtes et des labyrinthes, était autrefois un mortel. Né il y a plusieurs milliers d’années dans la mystérieuse région d’Iblydos suite à un acte vil commis par la Reine démoniaque, il a crée la race des minotaures et a mené son peuple vers les endroits secrets du monde. Après sa mort, Lamashtu s’est emparée de son âme larvaire, l’a transformée en un parangon félon de sa forme mortelle et a fait de ce nouveau démon son amant.'[1]

Présentation

Baphomet
Baphomet holy symbol
(Déité)
Titres Lord of the Minotaurs,
Lord of the Labyrinth,
Demon Lord of Beasts and Labyrinths
Home Ivory Labyrinth, Abyss
Alignement Chaotic evil
Portfolio Beasts
Labyrinths
Minotaurs
Adorateurs Conspirators, minotaurs, secret societies, glabrezu demons
Cleric Alignments Modèle:Alignment grid
Domaines Animal, Chaos, Evil, Strength
Sous domaines Demon, Ferocity, Fur, Resolve
Arme de prédiléction Glaive

En tant que père de nombreux démons majestueux et terrifants à tête animale, il a bénéficié d’un statut haut placé au sein de la cour de Lamashtu et l’a servie pendant des siècles. Il s’est séparé d’elle après qu’elle l’a abandonné lorsque Asmodéus l’a capturé et a obtenu son pouvoir actuel lors de son évasion. Et pourtant, il est en quête de toujours plus de gloire et de puissance. Baphomet a commencé sa vie d’extérieur en tant que consort de Lamashtu, créé par ses soins à partir de l’âme du premier minotaure, mais son parcours a brusquement dévié après avoir été capturé par Asmodéus.

Dans l’espoir d’obtenir davantage de faveurs de Lamashtu, il a quitté son palais du royaume de Yanaron et s’est enfoncé dans la plus profonde strate des Enfers pour voler le sceptre de rubis d’Asmodéus et le remettre à sa déesse. Surpassé, Baphomet a été capturé, marqué sur le front du pentagramme d’Asmodéus et emprisonné dans un dédale d’ivoire dont personne, d’après le Prince des ténèbres, ne pouvait trouver la sortie, pas même le maître des labyrinthes. Baphomet a finalement été oublié, mais il s’est montré bien plus malin que ce à quoi s’attendaient ses ravisseurs.

Après dix ans passés avec ses pensées pour seule compagnie, le premier minotaure a découvert des secrets dans les passages sinueux de son propre esprit et a dénoué les mystères de sa prison mais également de la magie elle-même. Il est sorti du labyrinthe en ayant mémorisé le moindre centimètre de cet endroit et découvert les racines magiques qui le retenaient aux Enfers. Il a alors exploité ces connaissances pour l’arracher du royaume d’Asmodéus et l’implanter au cœur des Abysses.

Émacié, couvert de honte et enragé par son emprisonnement, Baphomet a évité son amante d’antan et s’est établi en tant que seigneur démon des minotaures, des labyrinthes et des bêtes. Il s’est finalement réconcilié avec Lamashtu et les deux sont parfois amants, sans qu’il soit, comme autrefois, son servile serviteur. Il a œuvré au développement de son culte sur d’innombrables mondes et assemblent ses forces en préparation du jour où il envahira à nouveau les Enfers. En effet, la marque d’Asmodéus le brûle toujours et Baphomet souhaite laisser sa propre marque sur le Seigneur de la Fosse, avant de consommer l’âme du dieu.

Baphomet est un seigneur démon inhabituel, en ce sens où il a sélectionné alors qu’il n’était qu’une nouvelle âme et qu’il a été transformé en un puissant démon digne de sa légende de premier minotaure. Au lieu franchir les échelons en commençant sous forme de larve, en passant par diverses incarnations démoniaques, et en fnissant seigneur démon, il a été crée pour être l’amant de Lamashtu et elle l’a doté de dons obscènes pour satisfaire ses désirs plutôt que d’armes pour vaincre ses potentiels rivaux. Baphomet a utilisé ses pouvoirs prudemment et avec ruse. Il a tué et dévoré d’autres créatures de la cour de Lamashtu qui souhaitaient obtenir les faveurs de la reine ou usurper sa propre position et, au fl du temps, il a appris une magie qui lui permettait d’affronter ses ennemis de manière plus directe. En tant que frêle membre de la cour de Lamashtu, Baphomet se servait de son ingéniosité supérieure pour transformer de petits fragments de pouvoir en grandes réussites. Depuis cette époque lointaine, il a appliqué ce savoir sur le monde des mortels en usant de tromperie, de promesses et de menaces voilées pour s’immiscer dans les cœurs, les esprits et les âmes des gens importants qui, à leur tour, convertissaient autrui à son service.

Baphomet fait preuve de prudence lorsque d’autres seigneurs démons sont impliqués car il sait que la plupart ont atteint cette position par la force brute et l’intimidation directe. Au lieu de leur opposer sa force physique, il préfère leur mentir et les faire chanter pour les détruire ou les rallier à sa cause. Ses origines bestiales en tant que mortel inhumain sont pour lui une fierté et il se pense supérieur aux seigneurs démons nés de l’âme d’un humanoïde ordinaire.

Comme tous les seigneurs démons, Baphomet convoite le pouvoir et désire agrandir son territoire.

Il respecte les alliances nouées avec d’autres seigneurs démons (surtout avec Lamashtu) et se montre prudent lorsqu’il doit œuvrer avec plusieurs d’entre eux, de peur que leurs rancunes n’interfèrent avec ses plans. Il a peu d’ennemis et un nombre modéré de rivaux.

Malgré tout, il anticipe toujours de manière à ne jamais avoir à en combattre plusieurs en même temps. Le Seigneur des minotaures a une horde de démons sous ses ordres, même si ceux-ci ne sont pas sufisamment disciplinés pour former une armée digne de ce nom. Il divise souvent cette horde en énormes bandes qu’il lâche dans le Labyrinthe d’ivoire, ce qui donne aux démons quantité de place et de temps pour errer. Ainsi, il les empêche de détruire son palais, de guerroyer avec les occupants des territoires limitrophes ou de s’entretuer. Cela lui permet également d’affûter leurs compétences de traqueurs et de chasseurs.

Baphomet a appris les secrets qui permettent de mélanger les chairs auprès de Lamashtu et crée des créatures hybrides pour les envoyer repérer de nouveaux territoires ou infiltrer les palais de ses ennemis. Certaines de ces créatures sont de simples bêtes, guère plus que des yeux et des oreilles au travers desquels il peut voir et entendre. D’autres sont intelligentes et murmurent des promesses aux démons rivaux pour les inciter à le servir. Dotées de la même afinité que leur seigneur pour les labyrinthes, ces créatures ont un don pour se déplacer sans être vues et pour trouver des endroits secrets où ils peuvent se cacher. D’autres hybrides sont conçus pour rejoindre sa horde et sont dotés de la force des bêtes et de la ruse basique des humanoïdes sauvages.

Grâce à son expérience de mortel (lors d’une vie passée à copuler avec diverses créatures pour créer autant de minotaures que possible), Baphomet apprécie toujours les plaisirs mortels, une caractéristique accentuée par le modelage précoce qu’il a subi pour faire de lui un compagnon adapté aux envies lubriques d’une reine démoniaque. Lorsqu’il ne corrompt pas les mortels et ne manipule pas leur vie, il se met en quête de nouvelles conquêtes qui deviendront ses concubines. Il est connu pour choisir aussi bien des partenaires féminins que masculins et même des créatures démoniaques ou complètement étrangères dont le sexe n’a aucun équivalent parmi les humanoïdes ordinaires. Il rallie souvent d’autres seigneurs démons à sa cause, qu’ils soient neutres ou potentiellement rivaux, en les séduisant et en les dominant. Il a laissé d’autres partenaires convoités errer dans le Labyrinthe d’ivoire jusqu’à ce que la peur, la faim et la solitude les convainquent que la soumission aux désirs sexuels du seigneur démon est la meilleure solution. Étant donné ses penchants, il n’est pas étonnant que le royaume de Baphomet accueille toutes sortes de démons vigoureux, de mortels corrompus et de visiteurs étrangers. Ces créatures échangent des services sexuels contre de la magie, des faveurs, des connaissances secrètes et du bétail exotique. D’autres proposent des esclaves ou d’étranges monstres pour la reproduction ou les fosses à chair. Le Seigneur des labyrinthes invite fréquemment Socothbénoth dans son royaume pour qu’il puisse examiner avec soins les marchandises et les trésors qu’il renferme car il apprécie l’alliance nouée avec le Péché de soie.

Lorsqu’il s’occupe de ses fidèles, Baphomet se montre dominateur mais avenant. Il les encourage à utiliser comme ils l’entendent les pouvoirs qu’il leur confère car il sait que cette exposition aux énergies démoniaques les corrompra suffisamment pour servir ses objectifs. On le vénère sur de nombreux mondes et ses fidèles bénéficient rarement de son entière attention. Il envoie souvent des intermédiaires lorsqu’ils implorent son aide.

En tant que seigneur démons des bêtes, il encourage ses fidèles humanoïdes à pratiquer l’élevage d’animaux, surtout pour élever des monstres étranges. Nombre de ses temples secrets servent de tanières à des gorgones, des chimères ou des créatures similaires, élevées depuis leur plus jeune âge et bichonnées par le culte. Lorsque ces créatures vieillissent, la coutume veut que les fidèles leur épargnent la honte du dépérissement en les sacrifiant de manière rituelle et en les consommant en guise de communion. Il apprend aux membres de ses cultes à rester patients et à renforcer leurs pouvoirs en attendant qu’il leur ordonne de se soulever comme un seul homme, pour prendre le contrôle de tous les recoins de la civilisation et ramener le monde sous la domination de la bête.

Baphomet ressemble à un grand minotaure particulièrement décharné, avec des ailes couvertes de plumes et trois cornes.

baphometavatar

À l’origine, sa tête ressemblait à celle d’un taureau mais, au fl du temps, elle a changé, pour des raisons qu’il n’a jamais expliquées, afn de ressembler davantage à celle d’un bouc. Ses yeux luisent, des runes magiques sont tatouées sur ses bras et un pentagramme est marqué au fer sur son front. Cette marque et sa corne centrale sont en feu. Des parchemins, des livres et divers autres écrits sont suspendus à ses vêtements et il brandit une coutille d’ivoire à la lame en forme de croissant de lune (appelée Aizerghaul, ce qui signife « Ultime lame du labyrinthe » en abyssal). Dans les cultes humains, il est dépeint sous cette forme ou, plus rarement, sous celle du minotaure.

Dans les œuvres d’art produites par les minotaures, il est généralement dépeint comme une créature plus classique à tête de taureau et, quand il daigne apparaître devant ses fidèles, il prend souvent son aspect de minotaure.

Quand le seigneur démon est satisfait, les ennemis s’égarent et sombrent dans la confusion, les armes provoquent des hémorragies incontrôlables, des pentagrammes apparaissent sur les surfaces de pierre et les sorts restent inscrits sur les parchemins même après avoir été lancés. Lorsqu’il est en colère, les dents pointues s’émoussent, les armes deviennent trop lourdes à manier, les couloirs étouffants, les composantes verbales des sorts indistinctes et les fidèles tremblent en ayant l’impression qu’une présence menaçante se dresse derrière eux.

Baphomet est Chaotique Mauvais et ses centres d’intérêt sont les bêtes, les labyrinthes et les minotaures. Son arme est la coutille, mais il interdit à ses fidèles de manier une arme qui imite la forme d’Aizerghaul. Deux symboles le représentent : le principal, utilisé de manière ostensible, est une tête de minotaure avec des yeux de rubis, tandis que les sociétés secrètes utilisent un pentagramme inversé, parfois orné d’un visage de minotaure.

Ses domaines sont la Faune, le Chaos, le Mal et la Force et ses sous-domaines les Démons, la Férocité, le Poil et la Résolution.

Même si Baphomet est très populaire parmi les minotaures, ses congrégations comptent également des humains et d’autres humanoïdes avec, parmi ces derniers, des conspirateurs, des croisés corrompus ou des membres de sociétés secrètes malfaisantes. Sa religion est répandue au Mendev (où ses fidèles infltrent des groupes de templiers), à Absalom (où les minotaures « civilisés » ne sont pas rares), en Ustalav et au Nex (où les sociétés secrètes abondent) et à Iblydos (où il est né en tant que mortel). Les membres de son clergé sont des adeptes, des prêtres, des rôdeurs, des sorcières et des paladins déchus. Au cours des siècles passés, les principaux adorateurs de Baphomet étaient des minotaures. Les quelques humanoïdes qui le vénéraient se transmettaient les rites d’adoration et les enseignements de son culte en secret, d’une génération à l’autre, au sein d’une même famille.

Relégué au statut de « culte bestial », l’église de Baphomet avait peu d’occasions de convertir d’autres créatures sans risquer de se dévoiler et d’être condamnée pour adorer un démon. Ses fidèles ont fait quelques progrès dans les communautés isolées où se rassemblaient des fidèles d’Erastil, en séduisant les représentants importants pour les éloigner de leur vénération du travail de la ferme et de la chasse et les rapprocher de celle des bêtes (Baphomet prenait alors l’aspect d’un wendigo à tête d’élan).

La mort d’Aroden et l’ouverture de la Plaie du Monde ont fourni à Baphomet de nouveaux outils et de nouvelles opportunités pour propager sa religion dans de nombreuses communautés humaines.

Aujourd’hui, la répartition démographique des membres de son culte a changé et les humanoïdes (surtout les humains) sont désormais majoritaires. Le nombre de sociétés secrètes vouées à Baphomet opérant dans les zones urbaines a augmenté. Les membres de ces sociétés se désignent sous le titre de Templiers du Labyrinthe d’ivoire et œuvrent pour obtenir une certaine influence politique dans les cités qu’ils occupent.

Les cérémonies données en l’honneur du Seigneur des minotaures consistent en psalmodies et en sacrifces d’animaux ou d’humains, suivis par une orgie de nourriture et de sexe. Les créatures sacrifées sont généralement saignées, puis brûlées ou dévorées en fonction des intérêts du culte et du type de victimes. Le cannibalisme est peu courant mais pas inconnu. Nombre de rituels comportent la crémation d’un texte sacré issu d’une religion alignée sur le Bien après l’avoir lu à l’envers (la Monographie asmodéenne est aussi souvent profanée de cette façon). Des cornes de taureau évidées sont souvent utilisées pour boire, pour servir d’instruments de musique et comme outils de procuration symbolisant l’oreille du dieu.

Baphomet ne voit pas l’intérêt des mariages durables mais reconnait néanmoins la valeur de ces arrangements au sein des familles de mortels influentes. Il apprécie l’utilité de puissants rejetons mais renforce parfois sa domination sur les mortels en exigeant d’un fidèle qu’il sacrife l’un de ses enfants (généralement le cadet, pour que l’aîné puisse hériter). Non seulement cette pratique condamne une nouvelle âme à rejoindre les Abysses, mais elle permet également d’incriminer le fidèle et de cimenter son rôle au sein du culte. Comparés aux membres humanoïdes des sociétés secrètes, les minotaures sont beaucoup plus laxistes quant aux types de relations familiale et n’ont pas forcément de préférence.[1]

Temples et autels

En temps normal, les minotaures consacrent une partie de leurs antres à Baphomet. Si la tribu compte un prêtre ou un chaman, cette zone fait également ofce de quartier de vie pour cette créature. Dans les communautés d’humanoïdes où l’adoration des démons est interdite, les membres du culte investissent les sous-sols, les catacombes et les labyrinthes oubliés de longue date pour se déplacer et pratiquer leur religion sans être vus. Des portes dissimulées, des passages déroutants et de faux culs-de-sac protègent les temples contre les curieux indésirables. Les petits autels passent facilement inaperçus, même exposés à la vue de tous, dissimulés sous forme de statues ou de gravures de taureau, ou d’illustrations de héros luttant contre des minotaures. Seule une observation attentive depuis l’angle approprié permet d’apercevoir un pentagramme sur le front de la créature. D’autres autels sont de simples têtes de taureau ornementales en bronze suspendues dans des alcôves qui peuvent aisément passer pour des objets d’art ou des trophées hérités d’ancêtres aventuriers. Il est possible de consacrer certains labyrinthes végétaux à Baphomet en enfouissant des têtes de minotaure en pierre aux intersections clés.[1]

Rôle des prêtres

baphomet-pretre

La principale tâche des prêtres consiste à acquérir du pouvoir pour le culte et à l’exploiter pour soutenir les plans de domination de Baphomet. Un prêtre doit rester vigilant, à l’affût d’ennemis sur le point de découvrir le culte, mais également de recrues potentielles susceptibles d’intégrer le culte suite à un chantage ou quelques tentations. Dans les sociétés secrètes composées d’humanoïdes, le prêtre doit apprendre la gestuelle secrète du culte, la connaître sufsamment pour l’enseigner aux autres et reconnaitre les tentatives d’utilisation erronées qui trahissent les espions se faisant passer pour de vrais fidèles. Les prêtres de haut rang possèdent généralement des rangs dans les compétences de Bluff, de Diplomatie, de Connaissances (folklore local) et de Connaissances (noblesse).

Les tâches quotidiennes d’un prêtre consistent généralement à planifer les assemblées du culte, à superviser les recrues et à examiner les membres du culte à la recherche du moindre signe de faiblesse.

Même si le culte est Chaotique Mauvais et même si des luttes intestines peuvent éclater, la violence directe est découragée et les enseignements de Baphomet conseillent de gérer les créatures rivales en les manipulant et en les couvrant de honte.

Les habits formels sont uniquement portés pendant les cérémonies et souvent modifiés pour les ranger dans une garderobe sans attirer l’attention. Ce peut être une longue cape réversible dotée de boutons pour la porter comme une robe, un casque avec des pièces amovibles qui imite une tête de taureau lorsqu’il est complètement assemblé, et ainsi de suite.[1]

Jours saints

Les fidèles de Baphomet honorent les solstices et les équinoxes, surtout celle du printemps car c’est la période des naissances de nombreux animaux et bêtes hybrides. Les temples situés dans les régions où Asmodéus est populaire sont souvent le théâtre de cérémonies blasphématoires la nuit précédant un jour sacré pour le Prince des ténèbres. Ces cérémonies subtiles sont censées insulter l’église rivale et peut-être lui soutirer une partie de son pouvoir. Les créatures qui naissent au sein du culte lors d’un jour saint sont particulièrement sacrées et certaines naissances sont précipitées par l’application de la magie ou d’herbes pour qu’elles aient lieu lors de ces jours impies.[1]

Commandements

Comme les fidèles de Baphomet sont, en majorité, des humanoïdes influents ayant juré fidélité aux Abysses, les commandements du seigneur démon concernent la sécurisation du pouvoir et l’influence exercée sur autrui sans dévoiler ses atouts.

L’ingéniosité est une force. Même si de nombreuses bêtes sont franchement agressives, d’autres améliorent leurs talents de chasseur en se montrant patientes. Elles attendent que leurs proies s’affaiblissent puis passent à l’attaque lorsque l’occasion se présente. Le minotaure chasse dans le dédale non pas en escaladant les murs mais en les longeant et en sachant où se dirige sa proie.

Il faut suivre la voie sinueuse. Tous les dédales comportent des impasses et des passages où il vaut mieux revenir sur ses pas pour pouvoir progresser. Prévoyez ces contretemps dans vos plans ; vous devez parfois errer avant de découvrir un itinéraire plus approprié pour atteindre votre objectif. Anticipez les endroits où vos adversaires peuvent s’égarer. Restez vigilant sans quoi la proie deviendra le chasseur. Trouvez des occasions pour inverser les rôles avec ceux qui vous chassent.

La bête prend son temps. Si une créature ne peut vous blesser et si vous ne gagnez rien à la tuer, laissez-lui la vie sauve. La destruction d’une chose qui ne représente aucun danger est une perte de pouvoir ; pire, elle peut révéler vos forces aux ennemis inconnus. Il vaut mieux permettre à une faible créature de s’échapper plutôt que d’exposer votre gorge à une menace supérieure. Les démonstrations d’agressivité mineures sont bonnes pour s’accoupler, pas pour remporter la victoire. Dévoilez vos forces uniquement lorsque la situation l’exige.[1]

Textes sacrés

L’ouvrage officiel du culte du démon est le Grimoire de la Bête, un ouvrage peu épais qui contient des informations sur les rituels, une description des signes de main les plus basiques, une taxonomie des monstres appréciés par le culte et différentes illustrations de dédales traditionnels. La plupart des connaissances plus nuancées (en particulier sur les rituels et la gestuelle) sont transmises oralement, pour que les fidèles puissent facilement détecter les imposteurs et les infiltrés qui ont acquis certaines connaissances à propos du culte en lisant ce livre. Relations avec les autres religions Baphomet est en lien direct avec deux divinités majeures et cela fait de lui un seigneur démon unique en son genre.

Lamashtu, sa créatrice et son amante occasionnelle, l’apprécie (à sa façon) et intervient parfois en sa faveur lorsqu’il lui en fait la demande. Asmodéus, son ancien ravisseur, est un rival haï (Baphomet n’oubliera jamais la façon dont l’archidiable Asmodéus a gravé son symbole sur son front de son ongle), mais le Seigneur des Enfers considère Baphomet comme une simple nuisance qui s’est montrée plus maligne que lui.

Comme tous les seigneurs démons, Baphomet s’oppose aux divinités bienveillantes mais évite de les affronter de manière directe. Il est l’allié et l’amant régulier de Socothbénoth et Nocticula le plonge dans une colère noire. Il ne nourrit aucune rancune personnelle envers Pazuzu, le Roi des démons du vent, mais doit s’opposer à lui pour garder les faveurs de Lamashtu.[1]

Nouveau sort

Les prêtres de Baphomet peuvent préparer dédale comme un sort de niveau 8. Ses prêtres et sorcières peuvent préparer les sorts de physique monstrueuxAM aux mêmes niveaux que ceux les ensorceleurs/magiciens. Ses antipaladins et ses rôdeurs peuvent les préparer de la même façon, en réduisant le niveau de ces sorts de 1. Ses prêtres ont également accès au sort suivant.

FRAPPE HÉMORRAGIQUE

École nécromancie ; Niveau antipaladin 1, prêtre 1, rôdeur 1, sorcière 1 (Baphomet) Temps d’incantation 1 action simple Composantes V, G Portée contact Effet une arme de corps à corps tranchante touchée Durée 1 round/niveau ou jusqu’à utilisation Jet de sauvegarde Volonté, annule (inoffensif, objet) ; Résistance à la magie oui (inoffensif, objet) Le personnage confère à une arme de corps à corps tranchante le pouvoir d’infliger une blessure hémorragique. Par une action libre lorsque l’arme frappe avec succès une créature vivante, son détenteur peut utiliser ce sort pour ajouter 1 point de dégâts de saignement aux dé- gâts de base de l’arme. Ces dégâts de saignement sont compliqués à stopper ; ajoutez le modificateur de caractéristique lié à l’incantation de sorts du personnage (Sagesse pour les prêtres, etc.) au DD appliqué pour mettre fin au saignement.[1]

Serviteurs démoniaques

Baphomet estime que les créatures dotées d’un corps d’humanoïde et d’une tête animale comme lui (et Lamashtu) ont une forme parfaite et préfère disposer de séides ayant cet aspect.

La plupart de ses serviteurs démoniaques sont des minotaures félons et demi-félons, des brimoraks et des démons glabrezus bestiaux. Les succubes et incubes à son service ont tendance à changer de forme pour prendre l’aspect de créatures avec une tête animale (en utilisant physique monstrueux I ou II au lieu de changement de forme). Vu les inclinaisons sexuelles de Baphomet, la plupart de ces serviteurs intelligents sont ses descendants, même si les plus faibles sont éloignés de plusieurs générations.

Nombre de ses lieutenants directs sont ses fls et ses flles. On sait que Lamashtu a donné naissance à l’un de ces enfants mais Baphomet garde le secret sur son identité. Les liens de parenté avec Baphomet ne freinent pas pour autant son appétit sexuel et la consanguinité a condensé sa puissance démoniaque chez certains serviteurs et donné naissance d’horribles difformités et mutations chez d’autres.

La plupart de ses autres serviteurs sont des variantes de démons standards avec des têtes animales qui ne bénéfcient toutefois pas de pouvoirs supplémentaires. Par exemple, un babau dans la horde du Seigneur des minotaures pourrait avoir une tête de chacal, la tête d’un balor pourrait ressembler à celle d’un bouc, une marilith pourrait être affublée d’une tête de loup ou de chèvre, etc. En plus de ces démons, des minotaures d’élite appelés minotaures des labyrinthes le servent au sein de son royaume et patrouillent sans cesse dans le Labyrinthe d’ivoire. Un petit nombre de wendigos (Bestiaire 2 Pathfnder JdR p.290) le servent également, mais on ignore s’ils descendent de sa forme démoniaque ou s’ils sont la progéniture corrompue de son ancienne forme mortelle.

Alliés planaires

En plus de ses serviteurs démoniaques et autres créatures du Labyrinthe d’ivoire, Baphomet dispose de plusieurs intermédiaires qui répondent aux appels de ses fidèles en son nom.

Phémétous-Purg. Cet incube (Bestiaire 3 Pathfnder JdR p.76) a des cornes de taureau et de longs crocs pointus de carnivore. Lorsqu’il était encore un mortel, il a répertorié nombre des premiers rites du culte pratiqués dans les sociétés secrètes d’humanoïdes et ses services ont été récompensés lorsqu’il est devenu un serviteur de haut rang. Il possède les pouvoirs d’une sorcière de niveau 9.

Taxil. Cet ancien croisé mendévien a succombé aux tentations de Baphomet et a écrit des traités qui tournent en dérision diverses églises du Bien. Il a ensuite fait semblant d’expier ses fautes tout en continuant à propager ses mensonges jusqu’à ce que l’église de Sarenrae l’exécute pour apostasie et blasphème. En tant que démon, il ressemble à un glabrezu au long cou doté d’une tête de bouc et possède les pouvoirs d’un antipaladin de niveau 7[1]

LE LABYRINTHE D’IVOIRE

La construction de ce dédale de murs et de sols sinueux a été ordonnée par Asmodéus dans l’intention d’en faire un éternel châtiment pour les parvenus qu’il valait mieux oublier. C’était à l’origine un labyrinthe parfaitement conçu et « impossible à déjouer », mais le chaos a depuis fait son œuvre après que Baphomet l’a emporté avec lui dans les Abysses. Il pulse et se tord maintenant comme les intestins d’une chose vivante.

Suffisamment vaste pour mériter le terme de monde à part entière, le dédale est souvent confiné, criblé sur plusieurs centaines de kilomètres de couloirs blafards et de passages secrets avant d’offrir une vue sur le ciel abyssal, après une montée de plusieurs dizaines de mètres vers le sommet des murs ornés de crocs, de griffes et d’os d’immenses bêtes.

Des civilisations entières d’humanoïdes primitifs se sont dé- veloppées et ont décliné à l’intérieur du labyrinthe, exploitées pour appliquer les programmes de reproduction du seigneur démon ou pour nourrir ses hordes démoniaques. Certains secteurs sont contrôlés par ses fidèles (transplantés depuis le plan Matériel) ou sont occupés par les cités-états de violents minotaures dont les champions gladiateurs s’affrontent dans des grands amphithéâtres, pour la seule gloire et le seul plaisir de Baphomet. Au centre du labyrinthe s’élève le palais de Baphomet, la Tour des cornes. Elle domine le labyrinthe dans son ensemble, protégée par des minotaures demi-fiélons ailés et ses propres minotaures des labyrinthes d’élite.[1]

LISTE DE CONVOCATIONS PERSONNALISÉE

Les prêtres de Baphomet peuvent utiliser les sorts de convocation de monstres pour convoquer les créatures suivantes, en plus des créatures normales indiquées dans la description de ces sorts.

Convocation de monstres V.

Minotaure demi-fiélon.

Convocation de monstres VI.

Chimère fiélone .[1]


Références

  1. 1,00, 1,01, 1,02, 1,03, 1,04, 1,05, 1,06, 1,07, 1,08, 1,09 et 1,10 Pathfinder - [FR] - Campagne 13 - La Colère des Justes
Modèle:Demon lords