Chéliax

De Wiki La Crypte Oubliée - Pathfinder
Aller à : navigation, rechercher
cheliax

Introduction

cheliax_drapeau
Chéliax
Titre EMPIRE DIABOLIQUE SUR LE DÉCLIN
Alignement LM
Capitale Égorian (82 100)
Villes Bassin d’Ouest (1 350), Belde (4200), Brastelwark (3 500), Corentyn (24 300), Couronne d’Ouest (114 700), Dékarium (3 564), Fort Taggun (6 780), Halmyris (2 440), Hinji (14 456), Kantarie (1 200), Khari (2 450), Kintargo (11 900), Laekastel (14 690), Longacre (1 590), Macini (13 600), Misarias (2 450),Ostenso (14 200), Pezzack (4 800), Remesiana (19 450),Rikkan Est (1 295), Sénara (5 200), Vyre (17 300)
Dirigeant(s) Sa Majestrée Infernale, la reine Abrogail II de la maison Thrune Trois-fois-damnée
Gouvernement Bureaucratie impériale dirigée par des familles nobles influentes
Langues Commun, infernal
Religions Abadar, Asmodéus, Érastil, Iomédae, Zon-Kuthon

Il y a un siècle, la mort d’Aroden changea à jamais l’empire du Chéliax, tandis que les états vassaux se révoltaient et que le pays-mère plongeait dans une guerre civile sanglante qui devait durer trente ans avant de voir triompher l’aristocratie diabolique qui règne à présent sur le Chéliax : la maison Thrune Trois-fois-damnée. Aujourd’hui, le Chéliax est une nation sans espoir. Un empire décadent affaibli par la perte de sa gloire et de ses richesses coloniales, mais qui continue à se bercer des idées de grandeur distillées par la cour infernale et ses cruels partisans. C’est une tache sur la surface de Golarion et une insulte à ce qui fut le plus grand royaume de l’humanité. Pourtant, le peuple se montre reconnaissant envers la maison Thrune qui a sauvé le pays de l’agonie et, si ce gouvernement d’oppresseurs et son église diabolique sont le prix à payer pour préserver la civilisation et empêcher une guerre civile encore plus dévastatrice, les Chélaxiens ne sont que trop heureux de payer et de servir. Malheureusement, cette servitude se traduit souvent par de l’esclavagisme. Les halfelins en souffrent tout particulièrement. On les appelle « anguilles » et on les traite avec mépris. Les tieffelins sont considérés comme pires que tout car ils sont la preuve vivante de l’échec de la volonté face à une tentation diabolique et, quand ils apparaissent en public, c’est toujours en tant qu’esclaves exotiques ou comme criminels discrets. [1]

Le Cheliax a été beaucoup de choses dans sa longue histoire: le territoire le plus à l'ouest du Taldor; Une province stratégique mais subséquente d'un plus grand empire; Une nation indépendante, inspirant d'autres nations à se séparer du Taldor; Un empire à part entière avec des colonies et des provinces aussi loin au nord que la Varisie et au sud de Sargava; La nation choisie du dieu de l'humanité; Le site prophétisé du retour d'Aroden sur Golarion après des millénaires d'absence; Et aujourd'hui, une nation réunie par la tyrannie, les pactes infernaux, et la volonté pure de sa famille dirigeante, la Trois foix Damné Maison Thrune. Indépendamment de la façon dont on définit la grandeur, il est difficile de nier que Cheliax est une nation formidable, si diminuée et corrompue, et elle est l'une des institutions politiques les plus puissantes et les plus influentes dans la région de la Mer intérieure, comme cela l'a été depuis des siècles.[2]

Gouvernement

Dans sa forme actuelle, le gouvernement Chelish est au mieux décrit comme une autocratie bureaucratique. Sa Majestre infernale, la Reine Abrogail II de la Maison Thrune, deux fois damnée, règne avec une autorité non contrôlée, sa parole est aussi contraignante que le contrat de tout diable. Qu'elle change souvent son esprit, en utilisant son pouvoir pour effacer toute trace de ses anciens décrets, assure encore plus sa souveraineté, car même ses serviteurs et conseillers les plus fiables ne sont qu'un caprice loin de la trahison potentielle. La volonté d'Abrogail s'effectue par une bureaucratie complexe composée en grande partie de nobles, provenant de l’oligarchique antérieure de Cheliax, et les sycophants espérant gagner la faveur de la reine ou ayant peur de subir sa colère.

Les titres de noblesse de Cheliax suivent une hiérarchie stricte, comme il convient à un empire inspiré de l'enfer. La noblesse est divisée en trois grandes catégories, chacune avec trois sous-catégories, pour un total de neuf rangs nobles (reflétant les neuf couches de l'enfer). La majestre et les membres de sa famille immédiate se tiennent en dehors et au-dessus de cette hiérarchie noble.

Le Cheliax lui-même est divisé en six régions ou archiducs: le Heartlands, Hellcoast, Longmarch, Menador, Ravounel et Sirmium (voir la carte). Chaque archiduc est divisé en duchés, qui sont ensuite subdivisés en comtés, qui sont subdivisés en baronnies. Il existe de nombreux duchés, comtés et baronnies, et tous ne sont pas subdivisés en régions plus petites (par exemple, un petit comté peut ne pas être subdivisé en baronnies). En effet, il n'y a pas de différence réelle entre un comté gouverné par un archiduc ou un comte; Administrativement, ces deux comtés sont effectivement les mêmes, mais l'archcount est plus élevé que le comte.

Sous les divisions actuelles du Cheliax, il ne peut y avoir plus de six archiducs, un pour chacun des archiducs de Cheliax. Comme l'archiduc est un titre héréditaire, la famille dirigeante de chaque archiduque change rarement, bien que la guerre civile chéliste ait secoué les choses il y a un siècle. Trois des familles dirigeantes sous le régime précédent ont conservé leur pouvoir après l’ascension de la Maison Thrune: House Carthagnian règne sur Longmarch de la ville de Corentyn, la Maison Narikopolus règne sur Menador de Kantaria, et House Henderthane règne sur Sirmium d'Ostenso. La Maison Thrune a usurpé non seulement le trône, mais aussi le contrôle des Heartlands de ses dirigeants héréditaires pendant la guerre civile; Le nom de cette famille était parmi les premiers à être expurgés des livres d'histoire du Chelish. La région du nord de Ravounel était auparavant gouvernée par la Maison Sarini, qui servent maintenant de «Fools of Thrune», envoyés à d'autres tribunaux en tant que représentants de leurs lieges, comme une moquerie de leur ancien. Isolé du reste de la nation, et produisant peu de ressources nécessaires ailleurs dans l'empire, Ravounel n'a eu aucun archiduc depuis près d'un demi-siècle. Le chef actuel de la Cote de l’Enfer (Hellcoast) est le Paraduke Marcellus Thurivan, nommé par Maison Thrune pour reprendre la terre aux rebelles du Pezzack et lutter contre le Devil's Perch. Jusqu'à la bataille des cent rois, l'archiduque était gouvernée par la maison Davian; Depuis lors, aucune famille n'a reçu le terrain ni le titre d'archiduc, mais le Paraduke Thurivan espère qu'il ferat mieux que son prédécesseur, qui a été expulsé du Pezzack et obligé à déplacer le siège de la région vers Belde, ce qui est techniquement une partie des Heartlands.

D'autres titres non nobles existent au Cheliax, tels que visbaron, compliquant encore le système et confondant ceux qui ne sont pas versés dans ses subtilités. Ceux qui ont des titres non-nobles ont tendance à gonfler leur propre importance, tandis que les vrais nobles les regardent avec le même mépris qu'ils réservent aux gens ordinaires.

Alors que la foi Asmodean est la religion officielle du Cheliax, il y a une forte séparation entre l'église et l'État. Les motifs et les méthodes des inquisiteurs d'Asmodean se chevauchent souvent avec ceux des agents Thrune: certains agents Thrune peuvent même être des inquisiteurs du Prince des Ténèbres, mais les deux institutions fonctionnent en parallèle plutôt que comme une unité cohérente. Dans de nombreux cas, la relation entre la Maison Thrune et l'Église d'Asmodeus sont épineuse au mieux et juste au point d'être ouvertement antagoniste au pire. Tout comme le pacte de Maison Thrune avec l'enfer a un prix, il en est de même de son alliance avec l'église et une forte présence d'Asmodean dans la nation menace le règne d'Abrogail. Cependant, depuis le règne de sa grande famille et son homonyme, les deux factions sont dans une impasse, ni véritablement subordonnée à l'autre ni assez puissante pour prendre le contrôle de toute la nation. [2]


agent_des_thrune

Les adorateurs de diables actuellement au pouvoir au Chéliax font office d’aristocratie au sein du nouvel em­pire. De nombreuses maisons dirigeantes se parent de titres tels que paracomte ou paraduc, les titres les plus ampoulés al­lant souvent aux familles qui ne sont de­venues nobles qu’avec l’arrivée au pou­voir de la maison Thrune. La plupart des maisons nobles qui existaient avant la mort d’Aroden ont conservé leur pouvoir et leur influence au cours du dernier siècle, mais ce sont celles qui ont la faveur de la maison dirigeante de Thrune qui ont gagné le plus en prestige et en richesse. Malgré leur pré­tention, leur morale douteuse et leur récente accession au pouvoir, les maisons nobles qui contrôlent actuellement le Chéliax le font de manière plus efficace que leurs équivalents d’avant la guerre civile. Sous la bannière rouge et noire d’Asmodéus, le Chéliax retrouve son ancienne gloire, à défaut de son ancienne droiture d’esprit.

La maison Thrune et une grande partie de la noblesse du Chéliax colla­borent avec des diables et les agents assimilés. Les aristocrates des familles nobles, nouvelles ou anciennes, passent des pactes avec les citoyens des Enfers, tirant de ces arrangements une puissance incroyable en échange d’un prix parfois mal défini. Toutes les maisons nobles n’accueillent pas à bras ouverts les influences de l’Enfer, mais celles qui ne le font pas adoptent sagement une position neutre à ce sujet… ou sont rapidement éradiquées. Malgré cette allégeance diabolique, la maison Thrune se considère comme seul maître à bord.

Le gouvernement d’Égorian conserve et exerce son pouvoir grâce à la fois à ses alliés et serviteurs infernaux, et à ses subor­donnés humains. Parmi ces jouets humains les plus puissants, on trouve les Chevaliers infernaux, des briseurs de crânes peu subtils. Les Chevaliers infernaux et leurs alliés diaboliques éli­minent la rébellion et la dissension dans les terres au centre de l’empire et constituent l’incarnation la plus symbolique de la dévotion absolue du Chéliax infernal envers la loi et l’ordre. Le Chéliax entretient également une large armée et une vaste flotte régulières. D’un point de vue militaire, c’est la plus puis­sante des nations de Golarion.

Malgré un gouvernement qui promeut le culte des diables, l’esclavagisme et certaines pratiques infernales, le peuple conti­nue à vivre un peu comme il l’a fait pendant des siècles. Mais contrairement à autrefois, il vit surtout dans la peur. La plupart des dieux majeurs restent populaires, même si tout Chélaxien prétend au moins vénérer en premier lieu Asmodéus et que chaque maison, maisonnette et chambre à louer contient un petit autel ou un symbole sacré du dieu diabolique.

reine abrogail II

Les nombreuses mesures prises par le gouvernement pour faire taire les dissensions rendent le peuple méfiant et intolé­rant. Même les citoyens n’ayant aucun lien avec l’ordre diabo­lique dénoncent ceux qu’ils suspectent d’être des traîtres afin de devenir riches et d’avancer dans la hiérarchie sociale. Ceux qui travaillent au sein du cruel système en place (et même ceux qui ne font que prétendre s’y intéresser) continuent de gagner en pouvoir et en prestige, tandis que ceux qui n’en sont pas capables ou refusent de suivre les règles sont fréquem­ment la cible de divers tourments et affronts.

La reine Abrogail II est l’arrière-petite-fille de l’autre Abro­gail et la sixième personne à porter la couronne depuis que la maison Thrune a obtenu le pouvoir au Chéliax. C’est une femme aussi belle qu’impitoyable. Son ascendant sur Gortho­klek, le diantrefosse qui aida déjà son arrière-grand-mère à conquérir le Chéliax il y a soixante-dix ans, n’est que l’une des ressources dont elle dispose pour assurer son emprise sur sa nation. La reine Abrogail II compte également dans sa cour la comtesse Lrilatha, une érinye que l’on dit envoyée par Asmo­déus lui-même pour éduquer la jeune monarque. Malgré ces conseillers diaboliques, l’esprit vif et les audacieux complots d’Abrogail restent son plus grand atout, ainsi c’est directe­ment grâce à elle que le Chéliax a aujourd’hui une chance de récupérer une part non négligeable de sa gloire passée.[1]

History

Le Cheliax a une longue et complexe histoire, au cours de laquelle le pouvoir et les fortunes de la nation ont augmenté et diminué. À chaque époque, le Cheliax a été défini par l'ambition de son peuple et la conviction ferme qu'il est destiné à la grandeur.

Histoire Ancienne

Les premiers habitants enregistrés de ce qui est maintenant le Cheliax étaient les Kellids, qui occupaient beaucoup d'Avistan avant l'âge des ténèbres. On croit que les explorateurs d'Azlanti venaient de la région de l'Ouest et se mêlairent peut-être à la population indigène, mais comme à toutes les choses Azlanti, les restes de leur présence au Cheliax sont rares aujourd'hui, jetés dans l'obscurité par le passage du temps.

Au dix-septième siècle, la troisième armée d'exploration du Taldor s'aventura dans une grande partie du Cheliax, étendant la frontière occidentale de l'empire à l'océan Arcadien. Dirigé par le général Coren (d’où la ville de Corentyn prend son nom), l'armée a trouvé les habitants du Kellid accueillants et pacifiques, et a établi un certain nombre de colonies sur cette nouvelle terre, en particulier des ports le long de la côte du Seigneur Cheliax intérieur A été incorporé pour la première fois en tant qu'entité politique distincte en 3007 ar, près d'un millénaire et demi après la fondation de Corentyn, alors qu'elle était une province du Taldor. Ostenso était la capitale de la province jusqu'en 3991 et lorsque la capitale a été transférée à Westcrown.[2]

Conquête Even-Tongued et Expansion précoce

Le premier grand changement au Cheliax est venu 90 ans plus tard, lorsque le gouverneur de la province - un homme astucieux mais intense, nommé Aspex - a déclaré le Cheliax, pays indépendant. Le Taldor a été incapable de mettre en place une véritable résistance militaire en raison de son conflit continu avec le Qadira à l'autre extrémité de l'empire. Aspex s'est placé sur le trône du Cheliax de la nouvelle monarchie du Cheliax, un mouvement qui a été largement approuvé par la noblesse dans la région. Ces anciens aristocrates taldiens reconnurent qu'ils avaient beaucoup à gagner d'être les premiers d'une génération d'une nouvelle gentry et ont placé leur soutien matériel et diplomatique derrière leur nouveau roi.

Au cours de la décennie suivante, Aspex a encouragé d'autres provinces du Taldan à se séparer de l'empire, soit par la diplomatie, soit par une action militaire. Andoran a été le premier à donner son allégeance à Cheliax, avec Galt et Isger peu après, lorsque Aspex envoya des armées dans leurs capitales pour servir de motivation. Le Taldor, impuissant à répondre à l'acquisition rapide du Cheliax de ses terres, est entré dans les premières étapes d'un long déclin. Parce que le conflit a été considéré comme diplomatique et largement sans sang, Aspex a gagné le tire honorifique "Even-Tongued" et toute l'affaire a été appelée Even-Tongued Conquest. Ainsi, en l'espace de 10 ans, le Cheliax est passé d'une province du Taldan au cœur d'un empire à part entière.

En 4137, le petit-fils d'Aspex, le prince Haliad I, voyant sa mère, la reine Aspexia I, occupée par des affaires internes, se tourna vers l'expansion de l'empire comme le faisait son père. Contre les urgences de ses conseillers, il a navigué avec une armada de navires de guerre chelaxiens vers l'île de Kortos, où il échoua devant Absalom. Honteux et vaincu, il retourna au Cheliax après seulement 3 mois et constata qu'il était maintenant appelé Prince fou parmi les bourgeois et l'aristocratie.

Pour prouver sa santé mentale, il pris les restes de sa force d’invasion à travers le détroit de Hespereth dans la région du nord de Rahadoum, connu sous le nom de Khari. Dévoué des ressources et de population à la base immédiate de l'Arc d'Aroden, Khari résista peu, et Haliad déclara la conquête un succès lorsqu'il annexa officiellement les terres Garundi dans le cadre du Cheliax. En vérité, assurer les deux côtés du détroit et l'intégralité de l'Arc d'Aroden était peut-être le plus grand succès des ambitions folles de Haliad, car il assurait le contrôle cheliaxien de l'une des routes commerciales les plus stratégiques de la Mer intérieure.

L'année suivante, ému par son succès à Rahadoum, Haliad envoya une armada de navires vers la côte de l'ouest du Garundi jusqu'à la baie du Désespoir, où on leur demanda d'établir une colonie Chelish plus au sud sur le continent. Haliad nomma cette colonie "Sargava", d’après son cheval préféré. En dépit des conflits en cours entre les colons Chelish et les indigènes Mwangi, Sargava restera une colonie du Cheliax pendant un demi-millénaire, ce qui en fait la colonie la plus réussie de l'empire qui n'est pas directement bordant la nation.[2]

Va-t'en-Guerre (Everwar) et Le retour d'Aroden

L'ambition chéliste conduit une fois de plus à une période d'expansion et d'exploration en 4305, lorsque l'empereur Haliad III commença à être connu sous le nom de Va-t'en-Guerre , un conflit de cent ans dans lequel l'empire tenta, avec des degrés divers de succès, d'étendre son influence . La première cible de cette ambition expansionniste fut Molthune, qui avait suivi la tête du Chelish dans la conquête Even-Tongued et séparé du Taldor. Contrairement à Andoran, Galt et Isger, Molthune est restée indépendante. Haliad voulait changer cela.

La conquête du Molthune dura 6 ans, et son achèvement a étendu la frontière nord du Cheliax au bord sud de Dernier rempart. Les Molthuni n'avaient opposé qu'une résistance désorganisée contre les envahisseurs du Chelish (et après avoir appris leur leçon, ils ont établi une société beaucoup plus martiale dans les années suivantes). Les croisés chevronnés des Chevaliers d'Ozem, qui défendait Dernier Rempart, fut une histoire différente. En plus de la prouesse militaire des chevaliers, le Cheliax reconnaissait la responsabilité vitale des chevaliers qui surveillaient la prison fantomatique de Gallowspire du Tyran qui Murmure et veillait à ce qu'il ne revienne jamais au pouvoir - et quelque part dans la conscience de l'empire savait qu'il était pour le meilleur du monde L'intérêt de laisser Dernier Rempart à sa tâche. Les conflits au sein du Dernier Rempart ont cessé seulement un an après leur démarrage.

Au cours des 90 années suivantes, le Cheliax poussat son développement au Nidal, Druma et Hold of Belkzen, et a tenté deux sièges sur Absalom encore moins efficaces que la tentative échouée de Haliad un siècle plus tôt. Les efforts du Nidal ont abouti à une «conquête diplomatique» de la nation à l'ombre en 4338, ce qui permit de lisser les tensions entre les Kuthites de Pangolais et la noblesse enragé du Cheliax; Malgré les prétentions de conquête du Chelish, Nidal resta un État souverain qui était redevable au Seigneur de minuit. Une tentative de coloniser la région frontalière de Varisie depuis le nord par les terres des rois du Linnorm fut le dernier échec final de l'Everwar et le siège naval sur Halgrim a considérablement diminué le pouvoir maritime du Cheliax depuis près d'un siècle. Le seul succès de cette longue période de guerre continue était l'établissement de Korvosa, une tête de pont dans le sud de la Varisie que l'empereur Halleck IV espérait permettre au Cheliax de «civiliser» toute la région.

En 4410 ar, seulement 3 ans après la fondation de Korvosa, Va-t'en-Guerre est arrivé à bout du cheliax, les coffres de guerre étaient vides et ses armées et marine étaient trop tendues pour effectuer d'autres conquêtes. L'empire est entré dans une période de paix et de stabilité qui a duré près de 200 ans, au cours de laquelle les ambitions du peuple étaient centrées sur la Doctrine Starfall - un saint texte arodénite qui prophétisait le retour du Dieu à Golarion pour gouverner l'humanité en chair et en os.

Parce que le centre de son culte à Avistan fut longtemps transféré d'Oppara à Westcrown, le peuple du Cheliax était certain qu'Aroden retournerait à leur nation et gouvernerait de sa capitale; L'Age of Glory prophétisé viendrait, et le Cheliax devait être au centre de celui-ci.

Tout au long de l'année 4605, l'année précédant le retour prophétisé d'Aroden, toutes les vastes ressources du Cheliax se sont concentrées à l'accueillir à la maison. Le roi Gaspodar I se préparais à abandonner le trône et l'empire au contrôle d'Aroden; Les Chevaliers de l'aigle furent fondés pour servir de garde d'honneur mortel d'Aroden; Et les Arodenites du monde entier affluaient vers Westcrown, Deng, Egorian et d'autres villes Chelish en espérant assister au saint événement.

Mais Aroden n'est pas revenu. Plutôt, la veille de son arrivée prophétisée, la mer intérieure fut engloutie par des semaines de terribles tempêtes et une vague de marée détruisit la ville côtière de Deng. Le pire de tout, les prêtres d'Aroden furent coupés de leur dieu; Beaucoup craignaient qu'Aroden ne soit mort. Au fil du temps, ces craintes se sont avérées justifiées. Iomedae a pris le manteau de la foi du dernier Azlanti, et les recherches des prêtres d'autres dieux envers leurs divinités ont confirmé la vérité. Aroden ne revenait pas.

Cheliax tomba dans le chaos, ses citoyens et le gouvernement fonctionnant par peur et un sentiment de survie plutôt que par logique ou le meilleur intérêt de l'empire. Face aux énormes catastrophes naturelles, l'infrastructure gouvernementale s’effondra. Gaspodar avait démantelé une grande partie de sa bureaucratie pour ouvrir la voie au règne d'Aroden, anticipant l'obsolescence imminente du gouvernement face à une décision de divinité au sommet. Le roi avait en fait abdiqué formellement le trône quand Aroden est mort. Les nobles qui avaient autrefois des postes de pouvoir trouvérent que leurs ressources avaient été dépensées, et leurs liens politiques s'étaient effondrés par peur pour un avenir incertain. L'aristocratie clanique fit de son mieux pour maintenir l'ordre - gouverna en l'absence de soutien des pairs, des seigneurs ou des vassaux - empêchant à peine les émeutes et l'anarchie. L'empire fut coincée pendant 2 années terribles.[2]

Chelish Civil War et Thrune Ascendency

En Arodus 4608 ar, le chaos finalement déboucha en une guerre totale. Un différend surgit entre deux maisons nobles, chacune gouvernant des comtés voisins qui se trouvaient dans des archi duchés différents. Lorsque le conflit se transforma en une escarmouche physique, il déclencha une réaction en chaîne d'allégeances de nobles qui furent bientôt plus de la moitié du gouvernement de la nation en armes.

L'une des deux factions concernées était la maison peu connue de Thrune. Tous les enregistrements de l'identité de l'autre maison ont été effacés de l'histoire.

La guerre civile chéliste fit rage pendant plus de 30 ans, impliquant les voisins et les anciens alliés les uns contre les autres alors que chaque côté rivalisait pour le contrôle éventuel de l'empire troublé.

L'assassinat mystérieux du roi Gaspodar en 4622 entérina le conflit. Gaspodar n'avait laissé aucun héritier avant sa mort; La couronne du Chelish devint le prix ultime du vainqueur de la guerre. Ce qui avait été un marasme de nobles qui se battaient sans aucun leader clair de part et d'autre, est rapidement devenu un conflit à deux côtés entre la Maison Davian, dont le pouvoir naval était parmi les plus forts de la nation en raison de ses liens étroits avec Sargava et la Maison Thrune, dont les armées étaient de plus en plus soutenues par des démons alliés (dont le plus notable était le malade Gorthoklek, qui servi à la fois Abrogail I et II en tant que général et conseiller).

Alors que les armées et les nobles du Cheliax étaient engagés dans une guerre, l'empire subi un sort semblable à celui du Taldor pendant la conquête Even-Tongued - un par un, ses états vassaux se sont séparés pour former des nations souveraines à part entière. Le premier d'entre eux fut Sargava, dont le gouverneur, Baron Grallus, soutenait la Maison Davian en envoyant un soutien naval en 4609 ar. (L'arrivée de l'armada dans les eaux du Chelish fut retardée en raison des retards résultant de l'oeil nouvellement formé d'Abendego le long de la route précédemment claire.) En 4632, Molthune se sépara de l'empire à petite fanfare; Une poignée de familles influentes du Molthuni continuèrent à soutenir ses alliés à Cheliax, mais la nation nouvellement formée resta officiellement neutre dans les affaires de son ancien empire. L'année suivante, la colonie varisienne de Korvosa également réduisit ses liens avec le Cheliax, après avoir constaté que l'empire n'était plus intéressé à maintenir ses exploitations dans ce pays.

Le conflit décisif de la guerre était la bataille des cent rois qui a eu lieu dans les terres et les eaux qui entourent Corentyn. La maison Thrune émergea victorieuse: elle tient la ville contre la maison Davian et ses alliés Sargavan, écrasa la majeure partie de la flotte et de l'armée de son rival, et ne laissa que des ennemis éparse pour être repousser ailleurs dans le Cheliax. L'année suivante, la Reine Abrogail Thrune officiellement monta sur le trône d'un empire diminué et déchiré par la guerre, et se nomma sa Majestrix Infernelle.

Il fallu peu de temps pour que la Maison Thrune institue des changements drastiques et souvent draconiens pour rétablir l'ordre dans la nation. Parmi les édits les plus controversés d'Abrogail, celui qui déplaca la capitale de Westcrown à Egorian , l’établissement de l'Église d'Asmodeus comme religion d'état officielle et la révision systématiquement de l'histoire de la nation pour jouer l'influence antérieure de la Maison Thrune et diminuer ou effacer complètement les contributions de son temps de ses rivaux.

Ces efforts ont été largement efficaces, et l’ordre est de nouveau revenue au Cheliax, mais à un coût élevé, à la fois pour l'empire et pour les personnes sur le revers desquelles cette nouvelle stabilité a été construite. En 4667, inspiré par les philosophies anti-aristocratiques des écrivains Hosetter et Jubannich, le Galt s'est séparé de l'empire et est entré dans une période de révolte sanglante connue sous le nom de Révolution rouge. Deux ans plus tard, l’Andoran fit de même, mais sa révolte populaire était un transfert de pouvoir sans sang de la noblesse de la province aux gens. La noblesse des deux nouvelles nations avait largement soutenu la Maison Davian dans la guerre civile du Chelish, et la Maison Thrune cherchait déjà des moyens de les désengager de la nouvelle nation; Leur sécession de l'empire était en grande partie considérée comme une économie pour le Cheliax, la peine de les exciser.

Même la Maison Thrune n'a pas évité le prix de son règne. Tous sauf deux des six monarques purent détenant le titre de majestor infernal ou majestrix sont morts dans des circonstances mystérieuses ou violentes. Parce que la Maison Thrune n'a pas de ligne d'héritage établie, la succession de la couronne n'a pas suivi la pratique générale de l’hérédité absolue du Cheliax. Aujourd'hui, la arrière petite fille de la Reine Abrogail, Abrogail II, porte la couronne du Chelish.

Le Cheliax continua de souffrir sous le règne Hellbound de la Maison Thrune. Réduite à Cheliax proprement dit, l'empire qui rivalisait autrefois avec le Taldor à son apogée n'est plus. Pourtant, Abrogail et ses agents loyaux sont toujours ambitieux, des parcelles de travail pour accroître l'influence du Cheliax, et par extension celle de l'enfer, dans toute la région de la mer intérieure et au-delà. [2]

Relations

Le Cheliax est depuis longtemps un acteur majeur de la politique d'Avistani, son influence s'étendant jusqu'aux coins les plus reculés de la région de la mer intérieure. Les autres nations considèrent le Cheliax comme un allié puissant, d'où elles peuvent gagner beaucoup par le commerce et la diplomatie, et comme un grand mal dont elles doivent se méfier. Ce n'est pas un secret que le Cheliax moderne doit beaucoup à Asmodeus et aux puissances de l'Enfer. Son alliance ouverte avec les Enfer a fait du Cheliax plusieurs ennemis au cours du siècle dernier. En même temps, les pays qui considèrent que ces liens sont moins contraignants ont établi des relations plus fortes avec la Maison Thrune pour capitaliser sur son pouvoir florissant dans la région.

Le plus remarquable parmi les ennemis du Cheliax est son ancien état vassal, Andoran. Construit sur les idéaux de la liberté et de la démocratie, l’Andoran est un anathème pour le Cheliax, où les structures complexes de l'aristocratie et de l'esclavage parrainé par l'État empêchent les plus pauvres et les plus faibles parmi leurs citoyens d'être complètement opprimés. L’Andoran connaît la force martiale que le Cheliax peut retenir et évite ainsi un conflit militaire ouvert avec son voisin de l'Ouest. Au lieu de cela, les Chevaliers de l'Aigle entretiennent une guerre contre le Cheliax par la diplomatie dans les cœurs et les esprits des autres nations voisines et par le subterfugge et le sabotage dans les ports étrangers ou sur la Mère Intérieure. N'étant pas officiellement parrainé par le gouvernement Andoren, l'abolitionniste Bellflower Network a fait d’Andoran sa base d'opérations, et chaque année fait passer des centaines d'esclaves halfling du Cheliax à la liberté.

De toutes ses anciennes exploitations, seul Isger reste dans l'esclérage de Cheliax. Alors qu’Isger est techniquement une nation souveraine, son chef, Hedvend VI, détient le titre d'intendant et fait peu pour cacher qu'il prend ses ordres d'Egorian, qu'il visite souvent. Le Cheliax, pour sa part, considère Isger comme une simple ressource à exploiter. Comme tous les voisins d'Isger, le Cheliax a payé un prix élevé dans les guerres Goblines, et beaucoup de citoyens du Cheliax gardent toujours une rancune contre Isger pour son incapacité à faire face à la menace gobline sans le sacrifice du Chelish.

Le Nidal, bien que pas un vassal de Cheliax, reste un allié ferme, comme il l'a fait depuis l'Everwar. Que les deux nations sont redevables aux forces de la Loi et du mal signifie que peu de dilemmes morales surgissent lorsque les nations sont invitées à se venger de l'aide mutuelle. Le Nidal envoie fréquemment ses ombres spécialisés dans les ombres pour aider la Maison Thrune dans des questions d'ombre arcane, et le Cheliax renvoie la faveur en veillant à ce que la frontière méridionale du Nidal offre peu de refuge contre les prédates de l'élite du Nidal. Au cours de la guerre civile du Chelish, le Nidal a secrètement aidé Maison Thrune, et le partenariat sombre reste solide jusqu'à ce jour.

Le Molthune est principalement occupé par son conflit continu avec Nirmathas, et ne se soucie guère de ce qui se passe au Cheliax. Alors que le gouvernement Molthuni ne peut pas approuver la tactique de la Maison Thrune, les Lords généraux reconnaissent que le Cheliax produit d'excellents soldats, dont Molthune est dans un besoin constant et désespéré. Tant que le Molthune peut attirer des mercenaires et des vétérans du Cheliax pour renforcer ses armées, il y a peu de conflit entre ces deux terres.

Rahadoum, dont Cheliax a volé Khari il y a des siècles, aimerait que la région usurpée lui soit rendue. Que Cheliax détient le contrôle total du détroit de Hespereth est une source d'ennui continu pour les Rahadoumi, qui doivent passer par des patrouilles chelyques pour expédier des marchandises de leurs ports sur la mer intérieure à la capitale d'Azir sur l'océan Arcadian. Alors que les déplacements terrestres à l'intérieur de Rahadoum sont possibles, il est généralement beaucoup plus facile pour les Rahadoumi de se déplacer par la mer plutôt que par les déserts arides qui occupent l'intérieur du pays. L'institutionnalisation ouverte du Cheliax de l'Église d'Asmodeus entraîne encore plus de consternation chez les Rahadoum. Tout comme ils ne font pas confiance aux dieux et ne croient pas qu'un mortel soit redevable à une divinité, les Rahadoumi se méfient des zélotes religieux, même au-delà de leurs frontières; La plupart des Rahadoumi considèrent tous les Chelaxiens comme des marionnettes de leur Dieu diabolique.

Comme chez certains de ses pays voisins, le Cheliax entretient de solides relations avec plusieurs organisations internationales. Le siège du Consortium Aspis est situé au Cheliax, et la Maison Thrune utilise souvent l'organisation commerciale sans scrupules comme son mandataire dans d'autres parties du monde. En échange des faveurs réalisées pour l'État, le gouvernement derme les yeux sur les activités illégales que le Consortium pourrait entreprendre à l'intérieur de ses frontières. À l'inverse, la Maison Thrune détient le rival de l'organisation, Absalom's Pathfinder Society, avec un mépris total. Tous les Pathfinders connus ont été exilés du Cheliax peu après l’ascension des Thrune, et toutes les loges Chelish ont été fermées. Aujourd'hui, la Pathfinder Society est toujours présente, mais présente un grand risque pour tous les agents des frontières de Cheliax.

Une autre nation avec laquelle Cheliax a des relations remarquables est le Katapesh, dont les infames galeries d'esclaves peuvent être vus traversant la mer intérieure, se connectant souvent à la traite négrière le Chelish basée sur Corentyn. Alors que les deux nations n'ont pas de liens formels, ce sont les domaines les plus importants de la région de la mer intérieure où l'esclavage est à la fois légal et une partie importante de l'infrastructure économique et sociale. Les abolitionnistes du réseau Bellflower et les chevaliers d'aigle d'Andoran voudraient séparer leurs relations et mettre fin aux échanges d'esclaves des deux nations. [2]

ATLAS [1]

cheliax_carte

Arche d’Aroden. Ce pont monolithique en ruine surplombe le détroit d’Aroden qui sépare l’Avistan du Garund. Cette arche s’élève jusqu’à une trentaine de mètres au-dessus du détroit et s’étend sur plus de vingt-quatre kilomètres pour relier Coren­tyn au Chéliax et au Rahadoum, au sud. Le Chéliax contrôle une étroite bande de terre de l’autre côté de la mer Intérieure, au grand dam du Rahadoum. À peu près un tiers de cette im­mense et ancienne construction s’est effondrée, ce qui la rend inutilisable en tant que voie de déplacement terrestre.

Bois des Tumulus. Cette forêt épaisse et profonde a été baptisée ainsi car elle se dresse sur les tombes de nombre de tyrans potentiels. On dit que des enclaves de druides se cachent à l’intérieur et les légendes affirment que dans ses profondeurs existe un bosquet où Abrogail Ire passa son marché diabolique avec Asmodéus.

Brastelwark. Foyer d’un nombre incalculable d’alchimistes, d’artistes, de bardes et de magiciens, Brastelwark change constamment d’apparence. Ses nombreux objets d’art publics et ses multiples constructions à l’architecture fantastique lui donnent une allure animée et chaotique. La ville, qui com porte la plus grande concentration de gnomes de l’Avistan (voire du monde), abrite Drum Ronceviole, le roi gnome, le dirigeant théorique et autoproclamé de tous les gnomes (et vassal effronté de la reine Abrogail II).

Corentyn. Avant la guerre Éternelle, lorsque le Chéliax im­périal a finalement réussi à prendre pied sur les terres du Ga­rund, les neuf forts de Corentyn sont parvenus à repousser toutes les incursions vers l’Avistan menées via l’arche d’Aro­den par les nations garundi. Couronne d’Ouest. Couronne d’Ouest était autrefois le centre de la civilisation chélaxienne ainsi que la capitale de l’empire. Aujourd’hui, la façade dorée de cette ville s’effrite sous l’effet de la léthargie et du manque d’entretien. Les ves­tiges des anciennes maisons nobles autrefois puissantes et maintenant ostracisées s’affrontent entre elles tout en com­battant le pouvoir en place à Égorian. Des bêtes des ombres que l’on a importées du Nidal pour chasser les rebelles en herbe cachés dans cette ancienne ville parcourent les rues la nuit, dévorant traîtres et partisans sans distinction.

Égorian. Égorian, la Ville des Épines, est hérissée de tours et de beffrois, dont plusieurs sont garnis ou couverts de toits coniques très pointus. Les édifices publics de la ville, de style ar­chitectural principalement gothique, sont couverts pour la ma­jorité d’une couche de marbre noir parcouru de veines rouges importé à grands frais de la distante Arcadie. Le vieil Égorian, un des rares quartiers de la ville qui n’a pas été reconstruit aux couleurs de l’ordre diabolique, accueille les marchands et com­merçants étrangers et abrite tous les temples qui ne sont pas dédiés à Asmodéus ou à un des autres dirigeants des Enfers.

Kintargo. Établie à l’embouchure du puissant Yolubilis, la ville de Kintargo sert de point de départ pour la plupart des na­vires chélaxiens à destination de la Varisie au nord ou d’Ancre à l’ouest. C’est ainsi que Kintargo est devenue la ville du Chéliax la plus cosmopolite et la plus accueillante après Couronne d’Ouest, ainsi qu’un endroit célèbre pour offrir re­fuge et anonymat à tous ceux qui complotent la chute de la maison Thrune.

Murmebois. Les rumeurs prétendent qu’un portail des Enfers se cache quelque part dans les profondeurs de Murmebois. La forte concentration de tieffelins et autres rejetons infernaux joue évidemment en faveur de cette rumeur, qui évoque un portail laissé ouvert. D’autre part, le bois abrite le légendaire buisson Balafré, infesté de vermine et de champignons, que l’on dit être une entrée de l’Ombreterre.

Ostenso. Les docks et embarcadères d’Ostenso sont si vastes que près d’un quart de la ville se situe sur l’eau. Un autre quart de la ville repose sur une bande rocheuse connue sous le nom de faille de Custodisce qui s’étend sur huit cents mètres dans l’océan pour former le célèbre port naturel de cette ville. Ostenso abrite le plus grand chantier naval d’Avistan et accueille l’impression­nante flotte chélaxienne, la force militaire domi­nante des eaux de la mer Intérieure. Des soldats et des marins se regroupent à Ostenso pour protéger le Chéliax de son voisin rebelle de l’est, bien que cer­tains observateurs attentifs notent que les forces mili­taires qui y sont rassemblées semblent mieux préparées pour l’invasion que pour la défense.

Perchoir du Diable. Cette partie tristement célèbre de la côte ouest de l’Avistan occupe depuis longtemps l’imagina­tion des Chélaxiens. Cela fait une éternité que les tours de la région sont le théâtre de morts ignobles et qu’elles sont han­tées par des ombres diaboliques, les villageois de la région évoquant des démons ailés. D’étranges éperons rocheux et des abysses d’une profondeur surnaturelle empêchent d’atteindre ces dangereuses hauteurs par voie de terre. Ceux qui parvien­nent à survivre à cet environnement impitoyable compren­nent rapidement que les habitants de la région, les strix aux ailes sombres, n’aiment pas les intrus.

Pezzack. Parmi les collines aux pics effilés du perchoir du Diable, on trouve la grande ville de Pezzack, un foyer de sédi­tion et de complots à l’encontre de la nouvelle aristocratie du Chéliax. Des blocus navals stricts et un siège qui a duré plu­sieurs années ont isolé Pezzack du reste du monde. ­

Références

  1. 1,0, 1,1 et 1,2 Pathfinder Univers - Cadre de campagne - La Mer Intérieure
  2. 2,0, 2,1, 2,2, 2,3, 2,4, 2,5 et 2,6 Campaign setting - (PZO9287) Cheliax, The Infernal Empire (2015)