Démodande

De Wiki La Crypte Oubliée - Pathfinder
Aller à : navigation, rechercher
Demodande.jpg

Écologie du démodande

'Dans les Abysses, je me raccrochais à un dieu qui laissait mes prières sans réponse. Et ainsi, alors que je dépérissais seul, avec un dieu sourd à mes supplications, ce fut la voix de mon ravisseur que j’entendis. Son maître comprenait la futilité du Bien et de l’ordre. Plus important encore, il pouvait exploiter cette compréhension pour me donner, pour nous donner, un pouvoir supérieur même à celui des dieux eux-mêmes. Cette prise de conscience, je la partage avec vous, mes noires ouailles. Je vous en supplie : devenez les enfants de mon maître titanesque. Répandez son admirable anarchie. Détruisez cette fausse idée selon laquelle tout est Bien et entrez dans un monde nouveau ! »
'Extrait d’un discours de recrutement du culte prononcé dans le Molthune rural par Hanaline Wollentun, prêtresse déchue d’Érastil.[1]

Intro

Les entités les plus puissantes du multivers ont besoin de subordonnés avec la même inclinaison d’esprit. Les dieux bienveillants guident les anges, les archidiables ordonnent aux ducs infernaux et les titans thanatotiques règnent sur les démodandes. Pendant des millénaires, les démodandes ont commis d’odieux actes de destruction et de cruauté dans leurs tentatives pour agrandir le territoire et l’influence des titans thanatotiques. Ces horreurs adorent les titans comme des dieux et ne semblent pas affectées par le fait que leurs maîtres sont totalement dénués de véritable pouvoir divin. D’ailleurs, les démodandes compensent cette absence de pouvoir en torturant toujours plus de créatures et en jetant en esclavage toujours plus de mortels afn d’imposer sur la volonté de leurs progéniteurs sur l’existence elle-même.

Créés par les titans thanatotiques, cruels enfants des dieux enchaînés dans les Abysses il y a longtemps après avoir perdu la guerre contre leurs créateurs, les démodandes feront presque n’importe quoi pour s’attirer les faveurs de leurs souverains.

Le ressentiment qu’ils éprouvent envers les divinités, héritage de leurs maîtres et procréateurs titanesques, les pousse à servir volontiers en tant que généraux, troupes de choc, soldats et esclavagistes, étanchant leur soif de violence en versant le sang de tous ceux qui puisent leurs pouvoirs dans un culte au divin. Non contents de conquérir les territoires ennemis par le seul biais de la guerre, les démodandes prêchent également la religion factice de leurs maîtres et cherchent à sonner l’avènement d’un nouveau monde où le bien dépérit pour se transformer en mal, où l’ordre se délite dans le chaos et où les titans thanatotiques règnent sur tout.

Physiquement, les démodandes sont d’horribles parodies des corps humanoïdes de leurs créateurs : les géniteurs titanesques voient les reflets déformés de leur physique ciselé dans les plis épais de la peau obsidienne des démodandes.

Sur la figure de leurs créations, les visages de fer sculptés des titans sont devenus des rictus obliques aux lèvres difformes révélant des crocs aiguisés, posés sur les visages des créatures créées par les titans. Les démodandes sont dotés d’ailes de chauve-souris déchiquetées et leur démarche est saccadée, comme s’ils avaient une jambe plus courte que l’autre. Les démodandes se divisent en plusieurs catégories. Ils portent des noms liés à leur aspect hideux, tel que le démodande hirsute, le démodande visqueux, le démodande goudronneux et le moins connu démodande filandreux.

==Genèse== Il y a fort longtemps, alors que la vie mortelle apparaissait pour la première fois sur le plan Matériel, les mortels ont commencé à adorer les dieux du multivers. Les titans thanatotiques étaient, dit-on les premiers enfants des dieux, et leur jalousie augmentait en intensité au fur et à mesure que les louanges des mortels augmentaient en volume. Les titans eux-mêmes étaient proches des dieux et leur absence d’omnipotence complète les rendait furieux alors qu’ils observaient l’adoration reçue par les dieux et les pouvoirs qu’ils conféraient en échange. Enragés et avides, les titans thanatotiques ont déclaré une guerre totale contre la vie mortelle. Ils pensaient qu’en détruisant les adorateurs des dieux, ils pourraient supplanter les divinités.

Alors que la guerre s’intensifiait, les dieux ont commencé à envisager une intervention directe pour sauver la création.

Toutefois, juste au moment où le conflit semblait sur le point d’échapper à tout contrôle, les bienveillants titans élyséens, qui avaient constaté la destruction semée par leurs semblables thanatotiques et s’en inquiétaient de plus en plus, sont allés trouver les dieux. Ces titans leur ont proposé de sacrifier une partie de leur propre puissance stupéfiante si les dieux acceptaient de bannir leurs semblables belliqueux dans les Abysses, sous peine de mort. Les dieux accepté bien volontiers et les titans thanatotiques ont vite été enchaînés dans les profondeurs abyssales.

Alors que les titans thanatotiques renâclaient dans leur prison planaire, leur jalousie et leur envie de pouvoir divin se sont muées en une croyance orgueilleuse et démesurée selon laquelle ils pourraient eux-mêmes créer la vie. Pour le prouver et pour développer leur propre groupe d’adorateurs, ils ont créé les premiers démodandes dans de l’argile faite de la terre noire et viciée des Abysses et des eaux toxiques du Styx. Après avoir donné à cette argile sombre une forme qui leur ressemblait, les titans thanatotiques ont versé leur sang dans les veines de leurs créations et soufé dans les poumons de leurs marionnettes.

Pendant un bref instant, quand l’étincelle de vie s’est allumée pour la première fois dans leurs yeux, les démodandes étaient presque parfaits d’un point de vue physique, puis la folie des titans s’est manifestée. Peu de temps après leurs premiers soufes, la chair des démodandes s’est déformée. Leur sourire est devenu fou et leurs ailes majestueuses se sont eflochées et flétries. Leur corps fnement sculpté s’est boursouflé et a enflé. Certains ont développé des plis de peau bulbeuse transpirante, tandis que d’autres perdait toute tonicité musculeuse et devenaient complètement émaciés. Sur la peau d’autres a poussé une épaisse fourrure putride. D’autres se sont retrouvés avec une tête de grenouille ou couverts d’un épais limon goudronneux. Ces premières créations imparfaites ont servi de base à la race des démodandes.

Même si les démodandes étaient hideusement difformes, ils détenaient la première qualité voulue par leurs créateurs : ils étaient d’une loyauté qui dépassait même leurs espoirs.

Au lieu de ressentir de la colère ou du ressentiment pour leur aspect grotesque, les démodandes étaient ravis d’avoir reçu l’étincelle de vie et appréciaient leur laideur qu’ils considéraient comme l’expression ultime de leurs origines chaotiques. Ils étaient intrinsèquement dévoués à leur cause blasphématoire et avaient même hérité du mépris de leurs maîtres envers le divin. Les titans les ont chargés de supplanter les ordres pacifques des dieux bienveillants et de semer l’anarchie partout où ils se rendaient.

Les démodandes ne sont pas juste atrocement effrayants et remarquablement forts. Leur dévotion pour le chaos et leur penchant pour l’intimidation permettent à leurs paroles de s’immiscer dans les croyances des mortels et de les détruire de l’intérieur. Les démodandes aiment tout particulièrement tuer, torturer et détourner de leur foi et de leurs protecteurs divins les agents du divin, comme les paladins et les prêtres. Depuis que les titans thanatotiques ont décidé d’adopter leurs créations imparfaites, les démodandes les ont servis avec plaisir en tant que généraux, soldats, esclavagistes et laquais, dans l’attente du jour où le chaos et l’anarchie propres à leurs maîtres surgiront des Abysses et consumeront toute la création.[1]

Écologie

Demodande1.jpg

Même si les types de démodandes varient grandement, tous partagent une physiologie de base enracinée dans leurs origines communes. Créés tels des versions inférieures des titans thanatotiques, tous les démodandes possèdent une petite partie du pouvoir de leurs créateurs. Ce pouvoir les dote d’une force incroyable, d’une intelligence contredite par leur corps imposant et d’une haine ancienne des dieux et de leurs serviteurs divins. Ce blasphème leur octroie une certaine résistance contre les sorts divins et une tendance à tourmenter avec plaisir les créatures qui refusent de suivre leurs coutumes hérétiques.

La grande majorité des démodandes considèrent la reproduction comme un simple caprice car ils ne respectent pas grand-chose en dehors de la malveillance et le concept de famille leur est étranger. Tous les démodandes se reproduisent en pondant et en fécondant des œufs.

Quel que soit le type de démodande qui pond ou féconde un œuf, la race du démodande qui éclot est toujours le fruit du hasard.

Même si les démodandes se soucient peu de leur reproduction, certains mangent les œufs de leur espèce car le sirop noir comme l’encre qu’ils contiennent semble produire un effet hallucinogène et euphorique sur les adultes. Des démons et des titans thanatotiques ont tenté d’ingérer des œufs de démodandes mais se sont rapidement rendus compte que seuls les démodandes sont affectés par leur contenu. En effet, les autres créatures n’ont rien ressenti de particulier après avoir consommé ces œufs. Lorsqu’ils sont sous les effets de leurs œufs cannibalisés, les démodandes sont exceptionnellement lunatiques. Ils peuvent rester assis, hébétés pendant des heures, voire des jours ou ils peuvent cavaler dans les Abysses en saccageant tout sur leur passage, en massacrant toutes les créatures à vue et en oblitérant tout ce qui leur tombe entre les mains. Certains démodandes développent une forte dépendance aux œufs qu’ils mangent de la sorte et cherchent de manière obsessive des couvées cachées ou traquent des démodandes sur le point de pondre ou de féconder des œufs.

Quand les œufs des démodandes éclosent, plusieurs centaines de minuscules monstres affamés en émergent, les yeux encore clos. S’ensuit un combat féroce où se joue la survie de chacun.

Pendant quelques jours, les petits les plus vigoureux tuent et dévorent les plus faibles, poussés non pas par la faim, car les extérieurs ne ressentent pas le besoin de manger, mais par la rage. Finalement, leurs yeux s’ouvrent et leur furie dévorante s’apaise. Dans chaque couvée, seuls un ou deux démodandes survivent en moyenne à ces premiers jours de sauvagerie et certains érudits pensent que les débuts violents des petits démodandes leur confèrent très tôt une attirance pour le chaos qui caractérisera le reste de leur vie. Cette période de violence effrénée prépare les créatures à leur vie dans les Abysses.

Les démodandes n’élèvent pas leurs petits. Au lieu de cela, ils pondent leurs œufs dans des endroits sombres et isolés puis abandonnent la couvée en cours d’incubation sans jamais revenir. De plus, rien dans les recherches académiques (certes rares) sur ces extérieurs n’indique que les démodandes sont conscients du nombre de petits qui parviennent à survivre ou s’ils considèrent simplement les luttes mortelles de leurs petits comme une éducation appropriée. Ces violentes créatures ne se montrent loyales qu’envers leurs maîtres thanatotiques et n’entretiennent aucune relation émotionnelle avec leurs enfants ou entre elles.

Même s’il existe beaucoup de similarités entre les différents types de démodandes, ils possèdent tous leurs propres traits physiques et psychologiques. Voici le descriptif de ces traits pour les types de démodandes les plus connus.

Hirsute. Ces démodandes imposants à tête de crapaud sont couverts d’une épaisse fourrure putride aux teintes grises, brunes ou noires. Les hirsutes sont les plus grands des démodandes et leur corps atteint d’obésité morbide dégage une odeur de pourriture nocive.

Visqueux. Plus musculeux que les grands démodandes hirsutes, les visqueux ont des corps puissants et compacts couverts d’un limon chaud et gluant qui suinte constamment de leur épiderme. Ces créatures rondelettes ressemblent à des grenouilles. Elles ont une large bouche garnie de minuscules dents pointues et des yeux bulbeux et très écartés.

Filandreux. Maigres et forts, les démodandes flandreux sont couverts d’excroissances de peau noire semblables à des cordes qui pendent de leur corps putride. Les démodandes flandreux projettent ces appendices préhensiles de manière extrêmement habile pour piéger leurs ennemis. Cette aptitude fait de ces créatures d’excellents ravisseurs et esclavagistes contre ceux qui s’opposent aux plans de leurs maîtres.

Goudronneux. Les goudronneux sont souples et agiles comparés aux autres types de démodandes et leur peau sécrète une substance noire et poisseuse semblable au goudron. Au combat, ils utilisent ces secrétions pour engluer les armes de leurs adversaires et les désarmer. Les griffes des démodandes goudronneux, malgré leur aspect menaçant, ne sont pas aussi dangereuses que celles des autres démodandes.

Voilà pourquoi la plupart de ces créatures préfèrent manier une arme légère dans chaque main, en jetant leur dévolu sur des épées courtes aux formes vicieuses.[1]

L’ORIGINE DES DÉMODANDES

Le mot « démodande » vient du nom « déodande », un type de créature imaginé par Jack Vance dans sa série Dying Earth. Dans les histoires de Vance, publiées à l’origine entre 1950 et 1984, les déodandes sont des humanoïdes musculeux à la silhouette agréable qui ressemblent à des humains.

Toutefois, leur peau est noire et terne et leurs yeux sont de longues fentes rouges. Ces déodandes sont des créatures incroyablement fortes, meurtrières et carnivores qui sont pourtant vulnérables aux sorts offensifs. Selon Vance, les déodandes habitent sur la Terre dans un avenir très lointain où le soleil se meurt, où la civilisation est en ruine ou en déclin, où les populations humaines disparaissent progressivement et où les gens utilisent à la fois la technologie et la magie sans vraiment comprendre ni l’un ni l’autre.

En dehors de la fiction, l’histoire des déodandes est longue et pleine de superstitions. C’est un concept juridique qui remonte au onzième siècle. Tout commence par la phrase en latin « deo dandum » qui signifie « qui doit être remis à Dieu ». Ainsi, un déodande est un objet ou un animal qui a provoqué la mort d’une personne : un élément coupable. La pratique légale anglaise courante appliquée pour déclarer un objet déodande remonte à 1066. Ce concept juridique était utilisé par intermittence jusqu’à ce que le Parlement l’abolisse en 1846. Selon la plupart des versions de cette loi, les officiels qui menaient une enquête criminelle (habituellement un juge, un représentant du gouvernement ou un jury) décidaient qu’un bien privé était déodande quand ils estimaient que celui-ci avait causé la mort d’un être humain. En théorie, les propriétaires des déodandes les remettaient à la couronne qui était supposée les vendre et investir les fruits de la vente dans une cause pieuse. ==Société== .Les démodandes ne respectent qu’une seule et simple règle pour organiser leur hiérarchie : la force est mon droit. La simplicité de cette doctrine provient probablement du manque d’intérêt que les démodandes portent aux créatures autres que les titans.

Ils évitent tout ce qui ressemble à une structure familiale, une alliance avec leurs semblables et un contrat social. Au lieu de cela, ils s’efforcent de mettre en œuvre les projets des titans thanatotiques et, ce faisant, travaillent généralement ensemble ou en tant que membres d’armées abyssales plus importantes.

Toutes les créatures de cette race servent les titans thanatotiques. Toutefois, certains démodandes se montrent fdèles envers certains titans en particulier et refusent de servir les autres titans qui s’opposent à leur protecteur. Mais même si un titan décide de ne pas détruire un démodande qui refuse de le servir, cette défance signe généralement son arrêt de mort car il doit se défendre contre les démodandes au service de ce titan.

Les démodandes appliquent différentes méthodes pour résoudre les conflits au sein de leur espèce. Tout dépend de la nature du conflit. Si c’est une simple dispute verbale, celleci est généralement et rapidement résolue par des épreuves de force physique qui ne sont pas toujours létales. Tout conflit qui dépasse le désaccord verbal aboutit à un combat à mort. Lorsque leurs maîtres thanatotiques leur ordonnent d’accomplir leurs missions à tout prix, les démodandes n’hésitent pas à tuer d’autres démodandes si ceux-ci se mettent en travers de leur chemin ou les empêchent d’une façon ou d’une autre d’obéir aux ordres.

Les démodandes jouent de nombreux rôles pour répondre aux besoins des titans thanatotiques : généraux, troupes de choc, soldats, esclavagistes, tueurs à gages et bourreaux, même si les qualités spéciales de certains types de démodandes les destinent à des rôles spécialisés. Toutefois, le plus grand rôle que puisse jouer les démodandes est celui de champion ultime des titans thanatotiques qui, pensent-ils, sont destinés à régner sur la totalité des plans. À cette fn, les démodandes prennent grand plaisir à ébranler les doctrines divines. Ils capturent et torturent souvent des adorateurs mortels qui se sont aventurés dans les Abysses dans l’espoir que leurs captifs vouent fdélité à leurs maîtres, suite à de longues périodes de sarcasmes et de souffrances. Dès que ces victimes sont véritablement persuadées que les titans thanatotiques méritent de régner sur la création, ils sont envoyés auprès d’eux pour recevoir leurs ordres. Il s’agit le plus souvent d’établir des cultes sur le plan Matériel où ils propagent la détestation que les titans vouent aux dieux. Les mortels qui refusent de céder doivent effectuer des travaux forcés interminables ou meurent le plus souvent entre les mains de leurs cruels ravisseurs démodandes.

En plus de remplir leurs devoirs insidieux dans tous les recoins des Abysses, les démodandes se rendent fréquemment sur le plan Matériel. Là, ils fomentent hérésie et rébellion dans tous les ordres religieux, profanent les temples et les sites sacrés, tuent ou capturent des chefs religieux et sèment le plus souvent le doute quant aux aptitudes des divinités à protéger leurs ouailles. Ils agissent généralement sous me couvert de la nuit ou par l’application d’autres méthodes subversives.

Comme les titans thanatotiques ne peuvent quitter les Abysses sans provoquer la colère des dieux et de leurs agents célestes, les démodandes sacrifables leur servent d’intermédiaires sur le plan Matériel. Ils peuvent également apparaître sur ce plan après avoir été invoqués pour servir des cultes voués au chaos et à la destruction ou par des anti-théistes ayant un compte à régler avec les dieux et cherchant à contrecarrer leur pouvoir.

Afn de rassembler des sbires pour remplir les objectifs des titans thanatotiques, les démodandes pratiquent l’esclavagisme à grande échelle. Ils aiment tout particulièrement capturer et jeter en esclavage des ennemis pour en faire des recrues potentielles, en comptant sur leurs fosses à esclaves et leurs salles des tortures pour briser leur volonté. Mais les captifs les plus précieux sont les entités célestes que les démodandes considèrent comme l’incarnation des concepts qu’ils ont été créés pour détruire. Les anges en particulier sont des cibles de choix et quiconque cherche à abattre des puissantes créatures saintes peut considérer les démodandes comme des alliés.

Les démodandes détestent également les religieux et œuvrent pour miner leurs croyances et perturber le fonctionnement de leurs églises. Et même si les démons et les démodandes vivent dans les Abysses et sont de nature similaire, les premiers sont souvent les ennemis des deuxièmes, cependant, leur conflit se résume principalement à un combat pour dominer les Abysses.

Les démodandes aiment jeter des démons en esclavage au service de leurs maîtres. Les démons capturés les plus forts sont utilisés en fonction de leurs myriades de talents individuels.

Les démons sufsamment soumis servent de gardes du corps, tandis que d’autres sont utilisés comme objets magiques vivants en les obligeant à utiliser leurs pouvoirs spéciaux et magiques. Les démons plus indisciplinés servent à divertir les titans thanatotiques dans leurs légendaires arènes, où un seul combat massif de gladiateurs peut durer plusieurs semaines.

Même si tous les démodandes ont une tournure d’esprit similaire, chaque type est tout de même amené à remplir un rôle spécifque dans les rangs de serviteurs des titans thanatotiques.

Voici le descriptif des types de démodandes les plus connus.

Hirsute.Champions incontestés des démodandes, les hirsutes sont souvent les chefs des armées abyssales ou des bataillons au service des titans thanatotiques. Parmi les démodandes, ce sont eux qui tuent le plus de créatures et sèment le plus de destruction, et ils en tirent une grande ferté. Même s’ils se servent de leur intelligence pour maintenir la discipline au sein de leurs armées, ces viles créatures imposent généralement leur autorité par la force. Lorsque les titans thanatotiques souhaitent étendre les frontières de leurs domaines abyssaux, les démodandes hirsutes sont chargés de préparer les plans de bataille et de remporter la victoire. De même, les démodandes hirsutes mènent souvent des groupes de combat dans des plans des Abysses alternatifs, où ils capturent des démons et les jettent en esclavage, de préférence des incubes et des succubes. Plus rarement, les démodandes hirsutes servent les titans en tant que conseillers militaires même s’ils préfèrent sentir le sang s’écouler de leurs griffes plutôt que les mots de leur bouche.

Visqueux. Troupes de choc des titans thanatotiques, ces démodandes dégoûtants exploitent avec efcacité leur physique écœurant. Qu’elles soient les soldats d’importantes armées ou des membres de petits groupes isolés, ces créatures utilisent l’intimidation pour briser les convictions ennemies, puis fondent sur leurs adversaires et les démembrent à coups de griffes et de crocs dégoulinants d’acide. Même si certains démodandes visqueux jouent parfois le rôle d’esclavagiste, ils préfèrent généralement laisser cette tâche à leurs semblables filandreux.

Filandreux. Adeptes de la chasse qui ramènent leurs proies vivantes, ces démodandes supervisent les fosses à esclaves des Abysses où les captifs sont détenus le temps qu’il faut pour briser leur volonté et les convertir au culte des titans thanatotiques. Toutefois, lorsqu’ils remplissent ces fonctions, les filandreux ont un défaut : leur penchant pour la violence et la sauvagerie les poussent à délaisser leur rôle de gardien au proft de celui de tortionnaire.

Goudronneux. Les démodandes goudronneux sont les plus nombreux et prennent plaisir à remplir les fonctions de soldat au service de leurs maîtres. Ces démodandes sont les plus susceptibles de travailler ensemble pour engloutir leurs ennemis sous le nombre. Ils accomplissent des missions de reconnaissance routinières, d’infiltration et d’autres tâches où leur agilité est mise à profit.[1]

Antres

Demodande2.jpg

Les démodandes vivent dans divers royaumes des Abysses et leurs antres diffèrent en fonction de la nature du royaume dans lequel ils se situent. Pratiquement tous les démodandes vivent à proximité des demeures des titans thanatotiques et comptent sur la protection de leurs puissants maîtres pour revendiquer divers endroits dans les Abysses. Cette protection a toutefois ses limites, ce qui oblige les démodandes à affronter les démons pour s’arroger les meilleurs antres. Là, les démodandes se rassemblent pour créer de petits domaines qui s’étendent autour des palais occupés par les titans. Ils amènent des hordes d’esclaves aux titans pour leur apporter la « rédemption », traquent les intrus sur leurs territoires et planifient des assauts sur les enclaves démoniaques voisines.

Parfois, de petits groupes de démodandes se rassemblent de leur propre chef pour former des bandes, souvent nomades, qui campent dans des grottes, des canyons et divers endroits sombres et confnés. Les démodandes œuvrent souvent ensemble, certes à contrecœur, mais ils peuvent servir des titans rivaux ou des démodandes hirsutes opposés. Ils se mettent alors en quête des domaines de leurs rivaux dans l’espoir d’attaquer les communautés qui les occupent par surprise. Une fois l’ennemi vaincu, les démodandes détruisent la plupart des bâtisses et reconstruisent l’endroit en fonction de leurs besoins et de leurs envies.

Curieusement et malgré leur carrure imposante, les démodandes préfèrent vivre dans des endroits étroits et confnés tels que des grottes, des failles, voire des volcans endormis. Leurs cités sont toujours des endroits exigus aux bâtisses serrées les unes contre les autres ou même entassées les unes sur les autres, comme si une entité géante avait balayé la cité pour en faire un unique tas à l’équilibre précaire.

Lorsque les titans ne les envoient pas en mission, les démodandes se rendent habituellement sur le plan Matériel après avoir été convoqués par de puissants lanceurs de sorts pour mettre en œuvre quelque complot insondable. Les démodandes occupent alors les antres de ceux qui les ont convoqués et remplissent divers rôles : conseillers, gardiens ou même armes. On a déjà vu des démodandes s’allier avec des liches et autres lanceurs de sorts malfaisants, surtout si ceux-ci servent leurs maîtres.

Les rares démodandes qui ont atteint le plan Matériel en traversant une des failles transitoires des Abysses, ont grand besoin d’un abri sûr. Ils s’installent souvent dans des endroits similaires à ceux qu’ils occupent dans les Abysses : des grottes sombres, des terriers criblés de tunnel étroits, des canyons à l’abri de la lumière du soleil et même des égouts boueux sous certaines des plus grandes cité de Golarion. Curieusement, les démodandes qui passent trop de temps sur le plan Matériel semblent voir leur santé d’esprit décliner. Ils plongent alors dans la paranoïa et voient partout des agents divins en train de conspirer pour les détruire. Ces démodandes obnubilés deviennent des adversaires imprévisibles et dangereux.[1]

Les démodandes de Golarion

Même si les démodandes sont plutôt rares sur Golarion, quelques-unes de ces créatures sont connues pour propager infection et subversion au sein des civilisations. Voici quelques exemples de démodandes connus pour terroriser Golarion et ses diverses populations pieuses.

Gulagote. Gulagote n’a pas été affecté par sa longue villégiature sur le plan Matériel et ce démodande visqueux a passé beaucoup de temps à affûter et canaliser sa rage, à la fois pour apaiser son esprit lors des batailles et pour terroriser ses adversaires d’un simple regard. Le contrôle que Gulagote exerce sur ses émotions fait de lui le chef redoutable de plusieurs démodandes goudronneux. Ensemble, Gulagote et sa horde terrorisent les ordres religieux des Terres des rois des linnorms. Ils aiment subvertir les religions de Gorum et de Torag, dont la force et la popularité chez les ulfes dégoûtent au plus haut point Gulagote et ses sbires. En plus des guerres ouvertes et des attaques de guérilla, Gulagote prend plaisir à semer la discorde entre communautés, surtout celles qui abritent de grandes congrégations de croyants, pour que celles-ci s’affrontent entre elles. Il n’a aucun mal à semer un tel chaos car la plupart des rois des linnorms cherchent toujours de bonnes raisons de se battre.

Kaathoth. Cette démodande hirsute particulièrement vicieuse et lunatique s’est imposée pour mission personnelle la destruction des fidèles de Desna qu’elle considère comme une traitresse à la cause du Chaos. Kaathoth sème le carnage à travers le Kyonin, détruit les temples de Desna, assassine ses prêtres et rédige des messages blasphématoires avec leur sang dans l’espoir de mettre en péril la foi de tous ceux qui contemplent les cadavres qu’elle laisse derrière elle. Même si les démodandes hirsutes entreprennent parfois des missions moins voyantes, Kaathoth semble se moquer que les populations des contrées sauvages du Kyonin connaissent son existence et se déplace constamment pour garder une longueur d’avance sur les elfes à sa poursuite.

Croc-vaseux. Ce démodande goudronneux émerge de temps à autres des terres désolées du Qadira pour massacrer les missionnaires de Sarenrae. Croc-vaseux attaque le plus souvent seul et de nuit les caravanes isolées. Récemment arrivé sur le plan Matériel, il n’a que quelques attaques à son actif et à peine une dizaine de meurtres. La terreur qu’il a semée chez les fidèles de la Fleur de l’aube est probablement plus importante que les dégâts qu’il a causés. On ne sait pas vraiment si Crocvaseux travaille pour un maître renégat ou s’il est le héraut d’une force démodande plus puissante et plus importante.

Tedat. Un puissant sorcier du Nidal a convoqué ce sinistre démodande flandreux dans sa tour à la périphérie de Pangolais, il y a presque un an. Originaire des Abysses, Tedat est chargé de superviser la horde grandissante de serviteurs, d’esclaves et de futurs sujets biologiques et expérimentaux.

Tedat sert au mieux de ces capacités, mais va souvent trop loin dans l’application de ses tortures, ce qui aboutit à des disputes régulières avec son nouveau maître. L’année de servitude de Tedat arrivera à son terme dans quelques semaines seulement et la créature espère rester par la suite sur le plan Matériel, après avoir tué son sinistre maître. [1]


Références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4 et 1,5 Pathfinder - [FR] - Campagne - 49 - C13 - La Colère des Justes