Leng

De Wiki Pathfinder Lacrypte
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Erreur lors de la création de la miniature : Fichier manquant
Leng

LENG : LA TERREUR AU-DELÀ DES RÊVES LE SHANTAK S'EST MAINTENANT ENVOLÉ PLUS BAS, RÉVÉLANT SOUS LA VOÛTE DES NUAGES UNE PLAINE GRISE ET STÉRILE SUR LAQUELLE DE PETITS FEUX FAIBLES BRILLAIENT À GRANDE DISTANCE. EN DESCENDANT, ILS APERCEVAIENT PAR INTERVALLES DES HUTTES ISOLÉES DE GRANIT ET DES VILLAGES DE PIERRE SOMBRE DONT LES MINUSCULES FENÊTRES BRILLAIENT D'UNE LUMIÈRE BLAFARDE. DE CES HUTTES ET DE CES VILLAGES SORTAIENT UN BOURDONNEMENT STRIDENT DE TUYAUX ET UN CRÉCELLE NAUSÉABOND DE CROTALE QUI PROUVAIENT IMMÉDIATEMENT QUE LES HABITANTS D'INGANOK AVAIENT RAISON DANS LEURS RUMEURS GÉOGRAPHIQUES. LES VOYAGEURS ONT DÉJÀ ENTENDU DE TELS BRUITS. ET SAVENT QU'ILS NE FLOTTENT QUE SUR LE PLATEAU FROID DU DÉSERT QUE LES GENS EN BONNE SANTÉ NE VISITENT JAMAIS ; CE LIEU HANTÉ DU MAL ET DU MYSTÈRE QU'EST LENG.

-·H. P. LOVECRAFT. LA RÊVE-QUÊTE DE KADATH INCONNU[1]

La dimension des rêves se situe quelque part au-delà des plans conventionnels du Grand Au-delà, un royaume à la fois créé et alimenté par les rêves collectifs d'êtres sensibles de tout le cosmos. Et au-delà de son rivage lointain se trouve Leng. Ce plateau balayé par les vents entre les bras de chaînes de montagnes enlacées descend en une pente inexorable jusqu'à la Côte du Rêve. Sur ce plateau dévasté, s'étendent des villages éparpillés de huttes de pierre, qui semblent être les vestiges d'une civilisation immensément ancienne qui a jadis exercé son influence ici. Généralement abandonnées depuis longtemps, ces sombres ruines regorgent parfois de terribles habitants semi-humains de Leng qui poursuivent leurs propres objectifs barbares et inconnus. Les quelques villages habités peuvent être reconnus de loin la nuit par les feux maléfiques qui brûlent en leur sein, bien que même les villages connus pour être abandonnés montrent souvent ces mêmes flammes maléfiques dans l'obscurité d'un Leng à minuit.

Aucun ne voyage à la légère dans les déchets de Leng, et ses villages maudits sont universellement évités. Les récits qui sortent de Leng sont généralement les divagations de promeneurs de rêve frappés de folie par ce qu'ils ont vu ou le marmonnement d'indigents aux yeux vides dans les rues des villes des terres de rêve.

Ces âmes malchanceuses parlent des ruines froides et délabrées, des créatures horribles qui se cachent parmi les pierres, et des chasses terrifiantes qui se terminent par de violentes débauches perpétrées par les habitants dégénérés. Elles parlent d'actes et de rituels horribles menés pour propitier un monstre à la robe jaune appelé le Grand Prêtre à ne pas décrire, et évoquent sombrement des rituels encore pires menés par ce même personnage pour propitier Dieu sait quelles horreurs.

Leng se trouve à une sorte de carrefour, un royaume à part entière mais accessible de pratiquement n'importe où via la Dimension des Rêves. Ces voyageurs des rêves peuvent passer toute leur vie à apprendre à marcher lucidement dans les rues des rêves ou découvrir qu'ils ont simplement le don, quand ils étaient jeunes et impressionnables, pour le perdre en vieillissant et en devenant plus mûrs que les fantasmes de la jeunesse. Beaucoup recherchent des drogues et des onguents étranges pour pouvoir atteindre cet état de rêve, et certains renoncent à leur vie éveillée, choisissant plutôt d'habiter un royaume de merveilles fantastiques dont ils se souviennent à moitié. Pourtant, lorsque ces voyageurs de rêve s'enfoncent dans le royaume des cauchemars ou s'aventurent trop loin dans les terres de rêve, ils peuvent se retrouver sur les rives sombres de Leng, regardant vers un plateau de ruines apparemment sans fin, et il serait sage de trouver le moyen de se réveiller ou de chercher à sortir vers des terres plus sûres avant que la nuit ne tombe et que les feux intérieurs ne s'allument.

La géographie de Leng est l'une des plus extrêmes. D'interminables plaines d'une morosité désolante s'élèvent d'une côte rocheuse de rochers noirs et d'embruns froids, puis grimpent jusqu'à un cordon de pics montagneux d'une hauteur impossible, le recouvrant des deux côtés et agissant comme un entonnoir, guidant le voyageur imprudent vers un destin indicible dans les vallées où ils se rencontrent. Cependant, il n'y a pas deux voyageurs qui semblent décrire la configuration du terrain de la même manière, comme si la topographie changeait du point de vue du spectateur en fonction de l'endroit d'où son voyage a commencé. En fait, certains des rares spécialistes du Leng spéculent sur le fait qu'il s'agit d'une extension directe d'innombrables mondes à la fois, et donc d'une configuration unique du terrain liée spécifiquement à chacune des connexions entre le monde éveillé et le monde réel. Il se peut que Leng soit vraiment illimité et que ce soit le Plan matériel qui soit couvert par ses impossibilités, ou que chaque fois qu'un nouveau rêveur tombe dans un cauchemar, ces terreurs inconscientes s'efforcent d'étendre un peu plus les frontières de Leng.

La méthode d'approche la plus facile est la mer, mais quelques audacieux qui ont réussi à obtenir des guides locaux de certaines des terres de rêve se sont vus montrer des sentiers et des cols cachés qui mènent à travers la paroi de la montagne. De plus, les nuits où la mystérieuse lune descend bas et plein le plateau, des bateaux à coque noire sillonnent les voies du ciel et peuvent fournir un autre moyen d'entrée pour ceux qui ont la bravade ou la malchance de l'essayer.

Le plateau s'élève toujours plus haut au fur et à mesure qu'il s'éloigne de la côte, et finit par rencontrer d'autres sommets montagneux stériles (mais pas aussi hauts que ceux qui couvrent tout le plateau) qu'il faut surmonter d'une manière ou d'une autre pour que le voyageur puisse continuer. Et au-delà de ces pics de protection se dresse la véritable horreur du demi-plan, une montagne d'une hauteur impossible qui s'étend sur d'innombrables kilomètres, éclipsant celles que l'on trouve ailleurs dans le Leng, et au sommet de laquelle repose la terrible ville inconnue de Kadath où l'on murmure que des dieux sombres cavernent et dévorent tous ceux qui osent s'immiscer dans leur solitude.[1]

DENIZENS AND DANGERS

Erreur lors de la création de la miniature : Fichier manquant
Leng

Malgré sa désolation froide et aride, Leng accueille un nombre surprenant de créatures différentes.

Des trous : Ces immenses horreurs fouisseuses ne se trouvent que dans les profondeurs du monde souterrain, et aucun rapport fiable sur l'apparence ou les habitudes d'un trou n'a jamais été reçu. On dit qu'ils sont utilisés dans le cadre d'un grand projet de reproduction par de puissants arcanes inhumains, mais même cela n'est qu'une hypothèse. (Voir page 84.) Les habitants de Leng : habitants éponymes de cette terre de cauchemar, ces créatures ont une forme largement humanoïde qui est maintenue fermement enveloppée sous de volumineuses robes, turbans et voiles. Elles sillonnent les eaux de Leng, la dimension des rêves, et le monde éveillé dans des bateaux noirs, troquant des rubis étrangement parfaits contre des esclaves et des marchandises apparemment aléatoires aux fins inconnues. Mais même ces habitants ont des maîtres, et beaucoup sont en fait tenus en esclavage par les hideuses bêtes de lune et leur servent de diplomates, de travailleurs esclaves et de fournisseurs. (Voir Patlifinder RPG Bestiary 2 82.)

Les goules et les ghasts : Les goules et les ghasts de Leng sont des créatures différentes des morts-vivants relativement faibles du monde éveillé. Dans Leng, la goule typique est un mort-vivant plus bestial avec un museau canin et des sabots. Les goules de Leng sont plus puissantes que les membres de leur famille du monde éveillé (voir page 45 pour les statistiques d'une goule typique de Leng), et prennent souvent des niveaux d'alchimiste, d'oracle, de sorcière ou de sorcier. Une goule Leng n'est guère plus qu'une goule Leng avec quelques dés de plus de race et une aura puante, mais au fond de Leng, ces deux "races" sont souvent en désaccord. Les goules Leng sont connues pour être parfois utiles aux visiteurs en échange de cadeaux de charogne, mais les fantômes sont plus sauvages et violents.

Les goules : Les géants à quatre bras de la pègre de Leng maintiennent une ville fortifiée cachée quelque part dans son obscurité. Les punaises se battent souvent contre les gouffres de Leng et s'en nourrissent, mais beaucoup d'entre elles ont une peur inhabituelle des gouffres de la région. Un gug peut facilement détruire une poignée de gugs et se garantir un bon repas, mais pour cette raison, les gugs ont tendance à voyager en meute et à attaquer les gugs en masse, de sorte que les batailles sont rarement une chose sûre pour l'un ou l'autre camp. Même si les goules sont physiquement plus faibles que leurs cousins, les insectes en ont une peur irrationnelle et battent presque toujours en retraite lorsqu'ils sont confrontés à de telles créatures, quel que soit leur nombre. (Voir le Bestiaire 2151.)

Araignées Leng : Ces créatures étaient autrefois les principaux habitants du Plateau de Leng, jusqu'à ce qu'une guerre génocidaire avec les habitants de Leng, il y a des siècles, les pousse au bord de l'extinction. Aujourd'hui, ces arachnides gigantesques se cachent aux abords de Leng dans des vallées hantées par l'ombre.

Ils sont toujours à l'affût des humanoïdes qui s'approchent trop près de leurs repaires, attrapant les vagabonds imprudents et les torturant afin de revivre momentanément le sentiment de domination dont ils jouissaient autrefois. (Voir Bestiaire 2 176.}

Bêtes de la Lune : Véritables maîtres des habitants de Leng, les bêtes de lune sont des monstruosités gonflées, avec des rouleaux de chair pâle qui culminent en des visages composés de tentacules roses.

Elles viennent de la lune qui surplombe Leng, et sillonnent les nombreux cours d'eau de la lune, cachées dans des galères noires dirigées par leurs esclaves. Les bêtes de la lune sont des esclavagistes accomplis, considérant toutes les autres races comme des êtres inférieurs en attente d'exploitation en tant que travailleurs ou victimes destinés à d'autres fins plus sombres. (Voir Pathfinder RPG Bestiary 3 195.) Nightgaunts : Les Nightgaunts hantent les montagnes de Leng et le monde souterrain, et sont connus pour kidnapper des voyageurs solitaires, les transportant sur des vols de nuit de grandes distances vers des destinations imprévisibles. Cela se fait souvent sur l'ordre d'un maître, car les nightgaunts sont un peu comme des chiens dans leur intelligence et peuvent être entraînés à être intensément loyaux. Pour une raison quelconque, les shantaks ont une peur intense des grenouilles de nuit et fuient leur présence. (Voir page 90.)

Les Marcheurs Écarlates : Les arachnides des Spider Vales ne sont pas toutes des araignées Leng violettes. Dans certaines des vallées les plus reculées, haut sur les parois des canyons, pendent d'immenses sacs faits de sang et de tissus coagulés. Ce sont des ruches pour les marcheurs écarlates. Contrairement aux araignées Leng, ces créatures n'ont aucune rancune envers les races humanoïdes, mais les considèrent plutôt comme de la nourriture, car les scarabées se nourrissent de sang vivant.

Tout aussi à l'aise sur terre que dans les airs, les scarlatins sont connus pour faire le long voyage à pied de Leng à la lune. (Voir Rise if the Runelords Anniversary Edition 414).

Shantaks : Les shantaks habitent en grand nombre sur le plateau de Leng, principalement dans les régions montagneuses.

On les trouve également dans l'ombre de la Grande Carrière, où ils chassent les voyageurs imprudents. Les shantaks de Leng semblent être alliés aux habitants de Kadath et sont connus pour servir le Grand Prêtre qui ne doit pas être décrit.(Voir Bestiaire 2 244.)

Autres habitants : En plus de ces habitants primaires, de nombreux autres types de créatures appellent également les coins et recoins de Leng leur maison. Citons par exemple les lions fourmis, les basilics et les cockatrices dans les plaines pierreuses, les belkers, les manticores et les wendigos dans les hauteurs gelées, les enfants brillants et les oursins ailés dans les Cold Wastes et les carrières ombragées.[1]

GAZETTEER

Erreur lors de la création de la miniature : Fichier manquant
Leng

Bien que Leng semble désolée et monotone, les explorateurs entreprenants peuvent trouver un nombre surprenant de caractéristiques et de lieux uniques s'ils savent où chercher et s'ils peuvent survivre assez longtemps pour les atteindre ! Les déchets froids : Au-delà des Watchers in the Waste, où les parois de la montagne de Leng convergent vers Kadath, se trouve le Cold Waste, un désert de pierres à jamais recouvert par la nuit. Le soleil ne se lève jamais sur le Cold Waste et sur Kadath, et les distances sont difficiles à parcourir ici. Il semble parfois qu'il ne faille qu'un jour ou deux de voyage pour atteindre le point le plus au nord des contreforts de Kadath, et il faut parfois un voyage de plusieurs mois, voire de plusieurs années, pour traverser les terres sombres de la nuit.

Dreaming Shore : Une mer grise s'étend ici au bord de Leng, où le plateau descend de ses hauteurs montagneuses, s'étendant au-delà de l'horizon et permettant de voyager directement dans les terres de rêve au-delà. C'est ici que les capitaines de navire les plus audacieux de ces mêmes contrées de rêve aux noms de Celephais, Inganok et Lamarmay viennent tester leur chance ou leur goût pour l'aventure, mais peu reviennent deux fois. Les risques de se poser sur le rivage de Leng sont suffisamment grands pour rendre un tel voyage rarement rentable, et les galères noires prédatrices des bêtes lunaires qui sillonnent fréquemment ces eaux rendent le rivage doublement dangereux. Kadath : Kadath, l'impossible ville-château, est une vaste citadelle fortifiée qui se trouve au sommet de la plus haute montagne, à l'extrémité de Leng. La montagne de pierre noire elle-même est haute de plusieurs dizaines de kilomètres, bien plus haute et plus escarpée que ne devrait l'être toute formation géologique naturelle. Aucun chemin connu ne mène à ses hauteurs, aussi seuls les voltigeurs ou ceux qui possèdent une formidable magie ont un espoir de faire l'ascension.

Tout au sommet de ce massif colossal se trouve une forteresse inimaginable, entièrement construite en onyx noir et qui semble avoir poussé dans les précipices qui l'entourent. Cette ville est en elle-même haute de plusieurs kilomètres, couvant au sommet de la montagne en dessous avec d'innombrables chambres et de nombreux kilomètres de passages allant des plus sordides guerriers gobelins aux voies cyclopéennes adaptées aux dieux - car c'est ce qui se trouve à l'intérieur. On dit que d'étranges dieux de panthéons inconnus s'ébattent dans Kadath. Ce qu'ils représentent et les cultures qui les vénèrent sont de grandes énigmes, bien que certains prétendent les vénérer dans leur mystère. Personne ne sait si leur culte est remarqué et récompensé, car personne n'ose approcher de cette hauteur impossible pour apporter l'obéissance directement à ces divinités inconnues. Ceux qui ont osé s'en prendre infailliblement à leur gardien et prétendu gardien-Nyarlathotep, le Chaos rampant, dont on dit qu'il est le gardien de la porte de la volonté du chaos primitif au centre de l'univers.

Peu de ceux qui ont osé la présence abominable du Chaos rampant sont revenus pour en parler.

Il est intéressant de noter que les quelques personnes qui ont bravé une partie de ses hauteurs et évité les confrontations avec les dieux anciens ou les puissances extérieures rapportent que derrière lui, le Plateau de Leng continue de s'étendre entre les murs de la montagne jusqu'à une côte grise, dans pas moins de deux directions différentes. Il semble que K adath regarde non seulement les terres de rêve du Golarion, mais aussi celles d'autres mondes. Que le plateau de Leng qui s'étend vers ces terres de rêve soit une sorte de miroir de ce que connaît Golarion ou qu'il soit entièrement différent par ses habitants et ses lieux reste un grand mystère, car ces étendues lointaines n'ont été vues que depuis les vastes hauteurs des pentes supérieures de Kadath, et personne n'a encore pu y descendre pour voir de ses propres yeux.

Ceux qui s'approchent trop près de Kadath et regardent sa forme se voient souvent accorder des visions des horreurs qui y attendent. La première fois qu'un esprit sain a une bonne vision de Kadath inconnu, il doit réussir un DC 15 Will save pour éviter de prendre 1d4 points de dégâts de Sagesse à la vue sinistre - 25% de ceux qui prennent des dégâts de Sagesse de cette manière deviennent également fous (le type de folie développé doit être déterminé au hasard à partir de la liste de la page 250 du Guide de Maîtrise du Jeu).

Lelag-Leng : Ce village rudimentaire de huttes de pierre et de bois abrite une race singulière et primitive d'humanoïdes courts et chauves, aux yeux étroits et à la peau brune et abîmée par les intempéries.

Beaucoup les considèrent comme une tribu humaine dégénérée, mais quelque chose en eux semble être d'un autre monde. Ils sont connus pour les soies exotiques qu'ils échangent avec les habitants de Leng et pour le puissant sorcier qui, dit-on, règne sur leur territoire isolé et le protège.

La fosse de Mhar : Ce tunnel aux proportions gigantesques s'ouvre au bout d'un sillon descendant de Kadath, tout en haut. Il marque l'itinéraire emprunté par le grand et vieux Mhar lorsqu'il a tenté de forer directement dans le Plan matériel près de l'Éclaircie de Storval avant d'être piégé dans une gestation pierreuse. De nombreux passages latéraux partent de ce tunnel central, menant à des poches de dimensions et de voûtes diverses. Personne n'a osé sonder les profondeurs de cette excavation de peur que Mhar n'attende encore quelque part à l'intérieur.

Erreur lors de la création de la miniature : Fichier manquant
Leng

La Lune : Ce planétoïde blanc et fantomatique est placidement suspendu au-dessus des terres de rêve collectives de la Dimension des Rêves - pour certains un orbe romantique de lumière argentée douce, pour d'autres une horrible tête de mort ou un déclencheur de folie lycanthropique. Cependant, au-dessus du plateau de Leng, il prend son aspect le plus sinistre en tant que destination des galères noires des bêtes de la lune, conduites par les esclaves. Ce n'est que par ces étranges embarcations ou par d'autres moyens plus fantastiques que l'on peut traverser les vastes golfes qui séparent ce satellite des terres en dessous et que la véritable horreur de son côté obscurci peut être révélée : des villes cyclopéennes en pierre gris-blanc construites sur les rives d'une mer huileuse.

Une pierre sans nom : Ce sombre rocher s'élève de la mer à plusieurs miles de la Dreaming Shore et sert de citadelle aux bêtes de lune. Lorsqu'un navire de passage ose s'approcher suffisamment près, les parois de ce rocher effilé révèlent une architecture aux proportions étranges, comme celle que l'on trouve dans la cité des bêtes de lune sur la lune. Au sommet du pic isolé de l'île se dresse un grand temple aux dieux anonymes dans lequel un puits sans fond atteindrait le monde souterrain. L'île entière grouille de bêtes de lune et de leurs esclaves.

Carrière d'onyx : Creusée à la base des montagnes qui entourent Leng, cette vaste carrière fait 8 km de large, 10 km de long et plus de 3 km de profondeur. On dit que les pierres d'onyx à partir desquelles la grande citadelle de Kadath l'Inconnu a été construite ont été extraites ici. De nombreuses carrières plus petites entourent cette grande carrière et sont encore utilisées par les habitants des terres situées au-delà de Leng, qui les atteignent avec des caravanes de yaks par les cols de basse montagne.

Monastère préhistorique : Au sommet du plateau balayé par le vent se dresse ce bâtiment de pierre accroupi et sans fenêtre, dans un cercle de monolithes de pierre. En dessous se trouve le Grand Prêtre à ne pas décrire, une figure cauchemardesque vénérée par les habitants de Leng et de nombreux autres habitants du plateau, qui garde toujours sa forme ballonnée et bosselée, enveloppée de la tête aux pieds dans une robe de soie jaune et son visage recouvert d'un voile de même matière éclaboussé de sang. Il se tient là devant un puits rempli d'ombres et joue d'étranges mélodies sur ses tuyaux en attendant que de nouvelles victimes lui soient livrées.

Sarkomand : Ruine effritée de pierre fissurée et de colonnes brisées, située au pied d'une haute falaise de basalte, Sarkomand était autrefois la capitale de Leng. En son centre se dressent deux statues de sphinx étrangement vierges qui gardent une paire d'escaliers qui descendent dans les profondeurs inconnues et obscures du plateau. Bien que les ruines soient hantées par un air d'abandon, ceux qui sont assez fous pour camper ici pour la nuit découvrent que lorsque la nuit tombe, des galères noires s'amarrent sur les quais en ruines et la ville se remplit de hordes d'habitants de Leng dans un carnaval impitoyable de commerce, de débauche et de violence envers les intrus qu'ils trouvent dans les ruines.

Vales d'araignées : Ces vales ombragées sont le dernier refuge des araignées de Leng. De vastes constructions de toile et de pierre créent des villages pour ces horreurs arachnides où elles se rassemblent en petits groupes et complotent leur vengeance contre les races humanoïdes et la conquête éventuelle de tous les plans.

L'amincissement de Storval : Des contreforts escarpés marquent l'endroit où la substance de Leng se chevauche et se rapproche du nord-est de Varisi.a Que cette condition ait existé avant ou à cause des alliances du seigneur Karzoug avec les habitants de Leng, aucune âme vivante ne peut le dire.

Observateurs dans le désert : Des sculptures massives de gardiens bicéphales ressemblant à des loups, aussi hauts que des montagnes, s'accroupissent à l'approche des déchets froids.


Les shantaks sont connus pour nicher sur les spectateurs, mais la véritable horreur réside dans le fait que ces sculptures sont elles-mêmes vivantes et possèdent une intelligence maligne et la capacité de se mouvoir pour détruire quiconque ose franchir le seuil de tolérance qu'elles gardent.

La crête de W indswept : Cette crête de pierre morne, taillée au couteau, se dresse à l'extrémité la plus éloignée de Leng, où ses montagnes de couverture convergent en dessous de Kadath l'Inconnu.

Cependant, ici, la crête montagneuse s'abaisse légèrement pour créer une selle peu profonde sur laquelle les vents arctiques soufflent lors de grandes tempêtes et de blizzards, ce qui en fait la partie la plus froide de Leng. Quiconque regarde cette selle remarque des formations rocheuses étrangement régulières qui semblent presque cubiques dans leurs proportions et qui sont empilées les unes sur les autres, comme si une sorte d'intelligence les avait placées là. Lorsque le vent souffle le plus fort sur cette crête, son chant semble porter une note triste, et on peut presque entendre un étrange son de cornemuse qui ressemble à "Tekeli-li ... Tekeli-li ... " dans ses tonalités de chant. Seuls deux explorateurs ont cherché cette crête et ont vécu pour la raconter, et aucun n'a osé passer au-delà de ses pentes sous le vent. Étrangement, leurs récits de ce qu'ils ont aperçu de l'autre côté ne concordent pas, l'un décrivant une chaîne de montagnes apparemment sans fin, avec d'anciens temples à peine visibles à travers la brume cristalline, et l'autre décrivant une vaste ville gelée s'étendant dans une vallée, reflétée dans le ciel au-dessus et donc rendue visible grâce à cette même brume cristalline. Lequel de ces points de vue attend en fait un explorateur intrépide - ou bien les deux, la crête balayée par le vent menant peut-être à différents endroits à différents moments sur différents mondes - reste à découvrir.[1]

VISITER LENG

Bien que Leng puisse être atteint par la Dimension des Rêves, il n'est pas nécessaire de s'y rendre physiquement pour en faire l'expérience, car les GM peuvent donner un aperçu de Leng à travers les rêves des PC. Ces vignettes permettent aux joueurs de voir les étranges horreurs qui les attendent sans être bloqués dans une dimension étrangère ou être la proie des menaces qui s'y trouvent. Ces visions fugaces de Leng peuvent également être utilisées pour préfigurer un voyage dans le terrible royaume afin que les PC aient une idée de l'endroit où ils sont arrivés une fois qu'ils ont posé le pied sur le plateau froid qu'est Leng.[1]

TRAITS PLANAIRES DE LENG

Leng existe au-delà de la dimension des rêves, où les cauchemars se mêlent à une réalité étrange, qui n'a pas été engendrée par un rêveur, à l'exception peut-être des rêves d'êtres extérieurs d'une folie primordiale. Il présente les caractéristiques suivantes.

Gravité normale et taille finie dans le temps : Leng est délimité par des montagnes sur trois côtés et par un mystérieux littoral sur le quatrième, ce qui lui donne une taille finie, mais son apparence a tendance à changer en fonction du point d'origine de chaque voyageur, de sorte que les estimations de sa taille peuvent varier considérablement. En outre, Leng chevauche divers mondes sur le plan matériel, et sa taille et ses autres qualités s'étendent plus loin dans les régions où ces convergences se produisent.

Divinement Morphique : Qui ou quelles puissances peuvent transformer ce royaume selon leurs caprices dépasse les connaissances des sages, même les plus érudits.

Alignement fortement chaotique, alignement légèrement maléfique[1]

Références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 et 1,5 Shattered Starf 5 - Into the Nightmare Rift